Recherche

MSN se dope à l'e-pub

Publié par le

Le portail de Microsoft annonce une forte hausse de ses recettes publicitaires. Le modèle économique de site “média” et la puissance publicitaire d'Internet est en voie de consolidation.

  • Imprimer


Un grand cru, telle a été qualifiée la saison publicitaire 2004 par MSN qui annonce une croissance record de ses recettes, de l'ordre de 85 % en 2004 contre 40 % en 2003. S'en trouvent ainsi confortés le modèle économique du portail - il repose presque essentiellement sur la vente d'espace publicitaire, soit 90 % du CA total -, ainsi que les perspectives de croissance à venir. MSN anticipe d'ailleurs une poursuite de la croissance en 2005 ainsi que le laisse présager l'engouement des annonceurs pour l'e-pub. Depuis un an en effet, tous les indicateurs s'orientent à la hausse : le nombre de campagnes par marque s'est établi à quatre par an et par annonceur, l'investissement moyen par annonceur a progressé de 43 %, enfin, la durée des campagnes se stabilise à 15 jours en moyenne par opération. Notons aussi la diversification des objectifs publicitaires confiés à MSN. Outre les traditionnelles opérations promotionnelles, émergent à présent des campagnes d'image et de notoriété qui témoignent du bon niveau de confiance en l'efficacité publicitaire d'Internet. Une empathie que MSN ne manque pas d'encourager, tant par l'amélioration de son offre (formats, emplacements, rubriques…) que par le développement de l'audience, qui s'est accrue de 30 % en 2004 et atteint 11 millions de visiteurs par mois. « Communiquer sur MSN, c'est s'offrir la possibilité de toucher un internaute français sur deux ou encore, un million de visiteurs uniques par jour sur la seule page d'accueil », remarque Isabelle Lechanteur, directrice commerciale de la régie publicitaire de MSN. Une puissance de feu confirmée par les post-tests de campagnes réalisés par MSN, et qui a permis d'attirer 30 % d'annonceurs en 2004, tandis que s'accentuaient les investissements des clients traditionnels tels la bancassurance (+ 100 %), l'automo- bile (+ 113 %) ou les loisirs numériques (+ 165% ). Ne restent plus qu'à convaincre quelques annonceurs absents du Web : les grands clubs de foot, les Ferrero et les Procter & Gamble. Très attendus de MSN, ils devraient contribuer à faire de l'exercice 2005 un millésime publicitaire.

Nathalie Carmeni

DDB New York, la vérité comme insight!

DDB New York, la vérité comme insight!

DDB New York, la vérité comme insight! DDB New York, la vérité comme insight!

Figure de proue de la revolution publicitaire des annees soixante et agence historique de Volkswagen Dane Doyle Bernbach New York continue de [...]

Clear Channel mesure les émotions avec EmOOH Metrics

Clear Channel mesure les émotions avec EmOOH Metrics

Clear Channel mesure les émotions avec EmOOH Metrics

Avec son nouvel outil EmOOH Metrics base sur la reconnaissance faciale Clear Channel permet aux marques de mesure emotion suscitee par leurs [...]

Mesure mobile: 4 standards passés au crible

Mesure mobile: 4 standards passés au crible

Mesure mobile: 4 standards passés au crible

En 2016 les investissements publicitaires mobiles depasseront 100 milliards de dollars l international Mais si les budgets augmentent comment [...]

Comment garantir la valeur ajoutée du programmatique ?

Comment garantir la valeur ajoutée du programmatique ?

Comment garantir la valeur ajoutée du programmatique ?

Fraude aux impressions publicitaires manque de visibilite des messages ou remise en cause de la brand safety Tradelab et Adloox exposent dans [...]