Recherche

MD, avec D comme Durable

Publié par le

@ © Marc Bertrand

François Rouffiac, directeur de la rédaction

En quelques années, la notion de développement durable est devenue une préoccupation essentielle aussi bien des Etats que des entreprises. En tout cas, une préoccupation affichée. Qui trouve de plus en plus d'échos au sein du grand public qui, il y a peu encore, ignorait son existence. Un public dont le degré de sensibilité et d'engagement peut avoir une influence sur son comportement de citoyen, bien sûr, mais aussi de consommateur au sens large et de client d'une société ou d'une marque donnée. S'il est de bon ton de dire que «c'est l'affaire de tous», on sait que les degrés d'avancement, aussi bien au niveau de la prise de conscience que de l'action concrète, sont on ne peut plus divers. Qu'il s'agisse d'une nation, d'une entreprise ou d'un particulier.

«Le MD a tout à gagner en s'engageant dans le développement durable»

Il est vrai que le sujet est aussi vaste que majeur et prend en compte de nombreuses dimensions, et implications, économiques, sociales, juridiques, financières, etc. L'univers du marketing et de la communication ne semble plus aujourd'hui insensible aux enjeux induits. Et sa prise de conscience est manifeste bien qu'apparemment, elle reste encore assez prudente. En son sein, le marketing direct est, à l'évidence, l'un des premiers domaines concernés. De par ses supports «historiques» mêmes et leurs matières premières. Ce qui, au passage, ne signifie pas pour autant que les moyens électroniques n'aient pas également un rôle à jouer... Mais il est clair que mailing adressé et non adressé, catalogue, colis, etc., sont autant de supports dont la fabrication, puis la diffusion et enfin la destruction, les mettent au coeur du débat. L'interview de ce numéro, d'un grand papetier, ainsi que l'enquête menée auprès de plusieurs types d'acteurs de la chaîne du MD - agences, VADistes, imprimeurs... - prouvent que les choses bougent. Pour certains depuis longtemps, d'ailleurs. Au-delà de l'effet de mode, toujours à craindre avec ce type de cause, malgré son importance. Au-delà du fameux «Greenwashing» qui peut amener certains à s'habiller écolo, sans en avoir les fondements ancrés au sein de leur organisation et pratiques. Même s'il existera toujours des intervenants pour mettre au point des offres commerciales que l'on peut qualifier d'opportunistes, il n'en reste pas moins vrai que la profession du marketing direct, dans son ensemble, a tout avantage à s'engager pleinement dans cette voie. Le marketing direct sera-t-il bientôt le fer de lance d'un autre «MD», pour Marketing Durable? Sans rien perdre de son efficacité, il a tout à y gagner.

François Rouffiac

[Cannes Lions] Les campagnes françaises les plus primées

[Cannes Lions] Les campagnes françaises les plus primées

[Cannes Lions] Les campagnes françaises les plus primées

La 64e édition du Festival International de la Créativité s'est clôturée ce samedi 24 juin 2017. Sur les 41.170 travaux publicitaires en compétition, [...]

L'e-mailing, un long voyage pas si easy

L'e-mailing, un long voyage pas si easy

L'e-mailing, un long voyage pas si easy

Pour Hervé Sevestre, directeur marketing du portail d'infomédiation Easy voyage, la délivrabilité est une équation avec toujours de nouvelles [...]

Sloggi innove pour conquérir les trentenaires

Sloggi innove pour conquérir les trentenaires

Sloggi innove pour conquérir les trentenaires

La marque suisse de sous-vêtements Sloggi veut conquérir de nouveaux marchés avec des campagnes décalées en s'appuyant sur son savoir-faire [...]