Recherche

Ludopia : collecte sécurisée

Publié par le

Editrice du site de jeux luckyvillage.com, la société Ludopia Interactive a multiplié les sécurités dans le recueil et l'entretien des adresses e-mails. Objectif : répondre à une demande

  • Imprimer

L'e-mailing, nombre d'entreprises, et souvent parmi les plus en vue, ne veulent pas en entendre parler. Certaines ont essayé et n'ont pas souhaité récidiver. D'autres jugent les fichiers d'adresses e-mails trop peu qualitatifs pour s'y risquer. A l'origine de cette désaffection, il est de bon ton de pointer le doigt sur les “gros collecteurs” que sont les sites et portails de jeux et loteries, dont le modèle repose sur le volume de trafic généré. Est-il pour autant possible, à partir d'un site gratuit, de jouer la carte de la qualité et de proposer une offre d'adresses e-mails convaincante à des fins de prospection ? Oui, répond-on chez Ludopia Inter­active, société éditrice de lucky­vil­lage.com, site de jeux promotionnels lancé en mai 2000.


Le credo de Ludopia, c'est le verrouillage et le contrôle des données déclarées. Une précaution d'autant plus nécessaire pour un site où l'internaute n'a rien à débourser et tout à gagner. Chaque jour, le loto de luckyvillage.com propose en effet une dotation d'1 million d'euros. La seule contrainte pour le joueur étant de s'inscrire. Et c'est justement là que commence le cycle des sécurisations.

Fausse déclaration : pas de gain

Il est ainsi clairement précisé qu'une déclaration fausse ou erronée annulera les gains en cas de victoire. C'est en donnant une adresse e-mail correctement “orthographiée” que l'internaute pourra recevoir ses résultats. Une fois l'adresse enregistrée et obligatoirement confirmée, un moteur la lit et en corrige le suffixe (l'outil a ainsi recensé 150 façons d'écrire Wanadoo !). La restitution exacte de l'adresse postale est en outre obligatoire puisque c'est à cette adresse que l'internaute gagnant recevra son chèque. « Nous n'avons eu que deux cas de fausses déclarations sur des milliers », souligne Ouriel Ohayon, co-fondateur et directeur marketing de Ludopia Interactive. Voilà pour la saisie initiale.

Durée de vie moyenne d'un “profil” :de 12 à 16 mois


Ludopia intègre également des outils de validation en aval. « Dès que l'internaute se logue sur le site, son interface est personnalisée. Si une mauvaise adresse e-mail a été saisie, on va demander une réécriture », explique Ouriel Ohayon. Autre sécurité : une campagne d'e-mailing ciblant, une fois par an, chaque inscrit. Enfin, la société procède à un certain nombre de croisements avec d'autres fichiers sources.

Deux ans et demi après l'ouverture du site luckyvillage.com, Ludopia a pu construire une base de 400 000 profils. « 30 % des adresses ne pourront plus être utilisées », signale Ouriel Ohayon, qui précise que la durée de vie moyenne d'un “profil”, malgré toutes les sécurités mises en œuvre, ne dépasse pas 12 à 16 mois.

Que contiennent ces “profils” ? Des informations déclarées par l'internaute au fil de champs d'inscription obligatoires et facultatifs. Une vingtaine au total, ce qui représente une minute de temps pour le candidat. « Nous indiquons à l'internaute que plus il nous donnera d'informations, plus nous personnaliserons les messages que nous lui adresserons », remarque le directeur marketing de Ludopia. Les données collectées relèvent d'informations “classiques” : âge, sexe, activité professionnelle, centres d'intérêt… Pour les données les plus objectives, outre les adresses physique et e-mail, la base Ludopia serait renseignée à 33 % en numéros de téléphone : deux tiers de lignes fixes, un tiers de lignes mobiles.

Trois sources de revenus : location du fichier, promotion, data



Ludopia, qui a réalisé en 2001 un chiffre d'affaires d'un peu moins d'un million d'euros, annonçait l'équilibre pour le mois de juin 2002. Comment cette société employant sept personnes se rémunère-t-elle ? De trois manières. La principale source de revenus étant la commercialisation (en location uniquement) de son fichier. Avec des prix alignés sur ceux du marché, soit 0,23 euro pour l'adresse e-mail, plus 0,04 euro par critère supplémentaire s'il s'agit d'une information standard (faisant partie des 20 champs de la fiche d'inscription universelle) et 0,15 euro s'il s'agit d'un champ spécifiquement commandé par une entreprise. Pour l'adresse physique, il faudra compter 0,17 euro, pour le téléphone (fixe et SMS) 0,30 euro.

Deuxième source de revenus : l'activité promotion et média. Ludopia, qui revendique 20 000 internautes uniques par jour et 17 millions de pages vues, loue en effet des espaces publicitaires et propose des mécaniques publicitaires. Enfin, la société a développé une activité de “data technologie”  : normalisation et qualification de bases tierces, constitution de bases, génération de campagnes d'e-mailing et de SMS. « C'est une activité qui peut vite devenir très rentable, avance Ouriel Ohayon. Les salaires, la collecte, l'informatique peuvent ne représenter que 20 % des coûts. Ce qui autorise des marges de 80 %. »

Ludopia vient de lancer sur son site luckyvillage.com de nouveaux jeux, une boutique de cadeaux ainsi qu'un module de sondage. L'objectif étant d'augmenter le trafic mais surtout de fidéliser les joueurs. « Avoir comme certains sites une base de plus d'un million d'adresses, aujourd'hui, étant donné l'état du marché et la nature de la demande, cela ne rime pas à grand-chose », affirme le directeur marketing.

Muriel Jaouën

Comment bien piloter son site par la data?

Comment bien piloter son site par la data?

Comment bien piloter son site par la data? Comment bien piloter son site par la data?

S'assurer que ses données sont sécurisées et fiables, mettre en place un suivi de l'acquisition ainsi qu'un suivi de la conversion sont indispensables [...]

CIMO Forum

CIMO Forum

CIMO Forum

Cet événement réunit pour la première année CIO et CMO et propose une matinée dédiée aux directions marketing et informatique des entreprises, [...]

IoT World

IoT World

IoT World

2ème Edition de ce salon dédié aux objets connectés et à leurs applications avec au programme les dernières innovations et tendances du secteur. [...]

L'entreprise augmentée selon Samsung

L'entreprise augmentée selon Samsung

L'entreprise augmentée selon Samsung

En amont de la 2ème édition de son Innovation Week (9-12 mai 2016), Samsung présente sa vision de l'entreprise augmentée. Cabine d'essayage [...]

Preventica Lille 2016

Preventica Lille 2016

Preventica Lille 2016

Edition 2016 de ce salon dédié à la santé et la sécurité au travail avec plus de 380 exposants et de nombreuses conférences. Au programme : [...]

Les nouveaux modes de paiement posent question

Les nouveaux modes de paiement posent question

Les nouveaux modes de paiement posent question

Si le paiement est porteur d'innovation, le véritable changement se situe au niveau des technologies. Le défi ? Simplicité et sécurité.