Recherche

LuckyVillage.com importe l'"advertainement" en France

Publié par le

Inspirée du modèle américain, la plate-forme de divertissement gratuite de Ludopia Interactive compte 45 000 adeptes, en quête du "million". Un pari destiné à générer du trafic sur le Web et fondé sur l'intégration d'outils de marketing direct.

  • Imprimer


"Comment gagner un million de francs sans effort, dans l'injustice la plus délectable ? " Tel était le thème, en résumé, de la campagne radio (BDDP & Fils), diffusée dès le 23 mai 2000, de LuckyVillage.com. Premier site français de loterie gratuite et quotidienne, présent sur la Toile depuis le 11 mai dernier, LuckyVillage.com permet de gagner chaque jour un million de francs, et ce, après s'être inscrit et avoir choisi 7 numéros sur une grille de 50. Les résultats du tirage, effectué le lendemain par huissier, sont ensuite communiqués aux internautes sur le site et par e-mail. « LuckyVillage veut être une plate-forme de divertissement gratuite et récompensée qui intègre au coeur de son offre des outils de marketing direct efficaces », souligne Ouriel Ohayon, directeur marketing de Ludopia Interactive. Spécialisée dans le domaine de l'"advertainment" (advertising-entertainment), la société éditrice du concept revendique une position d'expert de la publicité et du MD en ligne à travers les jeux. Précision du directeur marketing : « La loterie gratuite qu'organise LuckyVillage.com est un puissant générateur de trafic qualifié grâce à sa base de données et à sa mécanique de jeu fondée sur le "clic utile", aujourd'hui marque déposée. Puisque l'internaute est invité à sélectionner et à cliquer sur l'un des cinq bandeaux publicitaires proposés, sa démarche est volontaire. Elle permet à l'annonceur - qui ne paie que lorsqu'il y a "clic" - d'aboutir à un contact utile. » Le fait est que LuckyVillage dispose, grâce à l'inscription préalable de ses membres (45 000 aujourd'hui), d'une base de données qualifiée permettant aux annonceurs de mettre en place des opérations marketing personnalisables. « Afin d'affiner le profil de nos membres, nous les récompensons à chaque information supplémentaire livrée en leur offrant des "Lukkies", véritables unités de jeu qui leur permettent de multiplier leurs chances de gagner. » La base de données est la propriété exclusive de LuckyVillage.com. Seuls ses partenaires commerciaux (à ce jour : lastminute.com, Marcopoly, ChannelWine, Sport4fun, Ubi Soft, alapage.com et Beenz) peuvent en bénéficier sous forme agrégée (c'est-à-dire de manière nominative et groupées par catégorie) dans un objectif de développement de leur relation client et dans le cadre d'opérations de sponsoring et d'e-mailing direct uniquement à destination des internautes qui en auront fait la demande. Si Ludopia Interactive propose sa loterie en ligne gratuite via le site LuckyVillage.com, son ambition est de se développer selon plusieurs axes. L'entreprise, fondée en février 2000 par quatre amis de longue date (Olivier Antomarchi, Ouriel Ohayon, Jean-Gérard Anfossi, Nicolas Sansonetti), aspire à un développement fonctionnel, grâce à de nouveaux jeux, de nouveaux services, mais également technologique, via la déclinaison de l'offre, en septembre vraisemblablement, sur de nouvelles plates-formes (bornes interactives, WAP, PDA...). Son ambition est aussi géographique. « Nous allons prochainement étendre notre activité à l'Angleterre, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et aux pays limitrophes (Suisse, Luxembour...) », révèle Ouriel Ohayon. D'ici là, Ludopia Interactive aura procédé à son second tour de table et peut-être atteint son objectif de lever 2 à 3 millions d'euros. Autre objectif de la start-up, à plus court terme : avoir un premier gagnant à un million de francs. « Ce serait pour nous la meilleure publicité qui soit », conclut Ouriel Ohayon.

Laurence Vielle

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Article écrit par Channable

Channable

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Le nombre de marketplaces actives en France ne cesse d’augmenter, tout comme le volume de ventes qui y sont réalisées. Aujourd’hui, on estime [...]