Recherche

Les chiffres clefs de la VAD

Publié par le

Alors qu'une récession économique secoue la zone euro, le secteur de la vente à distance, lui, résiste bien grâce au décollage du e-commerce.

  • Imprimer

La vente à distance progresse de manière générale en Europe


L'Allemagne (21 300 millions d'euros de chiffre d'affaires, + 3,2 % de croissance entre 2001 et 2002) et l'Autriche (11 77 millions de chiffre d'affaires, + 0,1 % de croissance) caracolent en tête du hit parade des pays européens. Dans la Lettre d'information de la Fevad, en date de juin 2003, François Momboisse, président de la Fédé-ration et P-dg d'Eveil et Jeux (groupe Fnac) y voit « le caractère contre cyclique “classique” de la vente à distance qui performe mieux que le commerce traditionnel en période de crise. » Les derniers chiffres portant sur l'année 2002, communiqués lors de la dernière assemblée générale de la Fevad, en juin 2003, montre une progression du chiffre d'affaires global de la vente à distance aux particuliers (plus 2,7 % en 2002), avec 8,9 milliards d'euros TTC. Soit 5 % de hausse du résultat net des entreprises. Une amélioration que confirment, d'ailleurs, les résultats prévisionnels du premier trimestre 2003, estimés à quelque 6 % d'augmentation. Cette augmentation s'explique par la vente de services, qui bondit de 47,6 %, alors que la vente de produits s'essouffle légèrement (moins 1 %). La vente à distance aux professionnels subit, elle, le contexte de forte récession économique après cinq années de hausse constante. Avec un recul de 2,6 % de son chiffre d'affaires (3,55 milliards d'euros hors taxes), le secteur se trouve toujours affecté par la baisse des dépenses d'investissements des entreprises (moins 1,3 % en 2002, selon l'Insee). Le résultat net des entreprises est à cette image : moins 4,5 % sur l'année 2002 et moins 2,4 % prévus pour le premier semestre 2003.

2002 signe enfin le vrai décollage du e-commerce


Le chiffre d'affaires des ventes aux particuliers sur Internet, qui a atteint 1,7 milliard d'euros en 2002, connaît une très forte croissance : plus 61 % pour le marché des particuliers (plus 101 % pour le secteur des professionnels) par rapport à 2001. Et les derniers indicateurs de la Fevad confirment la tendance avec plus 42,9 % pour le B to C, de janvier à mars 2003 par rapport à janvier-mars 2002, et plus 63 % pour le B to B. Ce canal de distribution est en voie de généralisation, même si l'Internet marchand se concentre encore, en France, sur un nombre restreint de secteurs d'activités tels que le loisir ou le voyage en ligne. Les acteurs historiques de la VAD ont su tirer profit de l'Internet. Si les pure players se taillent la part du lion, représentant 40 % du CA de l'Internet marchand, les vépécistes traditionnels, avec 34 % du marché, sont au deuxième rang. Le retard des distributeurs (26 %) s'explique par le fait que leurs clients cherchent plus sur le Web à s'informer sur les produits ou à comparer les prix plutôt qu'à acheter.

Les VADistes privilégient l'intégration multicanal


Cette stratégie s'avère payante. Le montant moyen des achats, de l'ordre de 52,6 euros, est en augmentation (plus 4 %). Cette hausse se justifie, en partie, par le comportement des internautes “multicanalistes” dont le montant des commandes est supérieur à celui de la moyenne des acheteurs à distance. Si le chèque est toujours le moyen privilégié des acheteurs, représentant 40,5 % du chiffre d'affaires, il subit toutefois une érosion au profit du paiement par carte bancaire. On remarquera d'ailleurs que la confiance dans la sécurité des transactions progresse de manière significative. Pour la période des fêtes de fin d'année, le paiement par carte bancaire a progressé de 90 %. Le courrier, même s'il demeure le mode privilégié de commande avec 48,8 %, passe, pour la première fois, sous la barre des 50 % suivi par le téléphone (33,5 %). La lente érosion de ces modes de contacts, de même que celle du Minitel qui se confirme (5,9 % en 2002 contre 6,9 % en 2001) est à corréler à l'explosion des ventes en ligne. Le textile est toujours le premier secteur de la VAD B to C (44,7 % du CA en 2002). Le secteur de l'édition, disques et vidéo arrive en deuxième position avec 14,6 %.

Muriel Rozelier

Marketing d’influence : nouveau prince du marketing moderne?

Article écrit par Sarbacane Software

Sarbacane Software

Marketing d’influence : nouveau prince du marketing moderne?

Marketing d’influence : nouveau prince du marketing moderne? Marketing d’influence : nouveau prince du marketing moderne?

On en parle beaucoup ces derniers temps, le marketing d'influence se voit comme une nouvelle façon d'aborder les stratégies de communication. [...]

Comment comprendre et influencer le comportement du consommateur

Article écrit par Brandwatch

Brandwatch

Comment comprendre et influencer le comportement du consommateur

Comment comprendre et influencer le comportement du consommateur

Comprendre le comportement du consommateur est une tâche vaste et complexe, mais avec le bon mix de recherches vous pouvez mieux comprendre [...]

S4M acquiert la DSP Netadge

S4M acquiert la DSP Netadge

S4M acquiert la DSP Netadge

S4M, le spécialiste de la publicité ciblée sur mobile, met la main pour un montant non dévoilé sur Netadge, une DSP mar. Stanislas Coignard, [...]

Saga #InboundMarketing : Fondements

Article écrit par Éditialis Brand Content

Éditialis Brand Content

Saga #InboundMarketing : Fondements

Saga #InboundMarketing : Fondements

Le comportement des consommateurs a changé ! Ils ne sont plus réceptifs aux stratégies marketing traditionnelles. Un phénomène qui s’explique [...]