Recherche

Les Pages Jaunes aux portes de la Bourse

Publié par le

Après avoir racheté les actions de sa filiale Wanadoo, France Télécom compte porter en Bourse une partie de son activité annuaire.

  • Imprimer


Les banquiers qui ont fait le siège du bureau de Thierry Breton, patron de France Télécom, pour le convaincre de vendre les Pages Jaunes ont à moitié gagné. Celui-ci a décidé, dans le cadre de la prise de contrôle à 100 % de sa filiale d'accès internet Wanadoo, d'introduire en Bourse une partie de son activité Pages Jaunes. Ces mêmes banquier, pour préparer l'introduction en Bourse de Wanadoo en juillet 2000, avaient trouvé une formule miracle pour rassurer le marché : mettre dans la même filiale les Pages Jaunes. Avec raison, puisque cette vache à lait a pu rendre profitable la filiale internet, dont l'activité papier, en 2003, représentait encore 42 % du chiffre d'affaires. Quand l'activité portail internet cumulait les pertes d'exploitation (332 millions d'euros en 2000, 359 millions en 2001, 246 millions en 2002 et 39 millions en 2003), l'activité annuaire apportait 210 millions d'euros de résultats d'exploitation en 2000, 219 millions en 2001, 273 millions en 2002 et 322 millions en 2003. Reste que France Télécom mène une stratégie prudente. Contrairement à British Telecom, qui a vendu ses annuaires à des fonds d'investissements avant que ceux-ci soient mis en Bourse, ou encore contrairement à l'italien Seat Pagine Gialle vendu à BC Partners, CVC Capital Partners et Permira, ce n'est pas la totalité des Pages Jaunes qui sera introduite en Bourse. France Télécom ne mettant sur le marché que 30 à 49 %. Les banquiers ont donc à moitié perdu. France Télécom restera maître de l'activité annuaire, tout en ayant utilisé ses revenus pour racheter les actionnaires minoritaires de Wanadoo sans porter tort à sa trésorerie. Chapeau.

Olivier Brusset