Recherche

Les "Maximilers" surfent plus et plus longtemps

Publié par le

Programme de fidélisation en ligne indépendant, Maximiles vient de lancer, en partenariat avec NetValue, un panel permettant de comparer la navigation de ses adhérents avec celle de l'internaute lambda français.

  • Imprimer


Sur Internet, l'heure est à la consolidation. Fini les heures flamboyantes des lancements de sites. Il faut fidéliser. Pour ce faire, les technologies employées passent par le e-couponning ou encore les sites de jeux gratuits à dotation, tels Bananalotto ou encore Lotree, qui permettent aux marchands de conquérir une audience ciblée ou de mettre en place une animation-événement. Et puis il y a les sociétés comme Maximiles qui misent sur la fidélisation multienseigne. Le principe consiste à recruter les internautes en les récompensant par des points pour chaque visite, achat ou participation à un sondage sur le site Maximiles ou sur un site partenaire. L'idée est séduisante, reste à prouver son efficacité. C'est ce qu'a tenté de faire Maximiles en composant, en partenariat avec le spécialiste de la mesure sur Internet, NetValue, un panel permettant de mesurer scientifiquement les usages de l'Internet par les membres d'un programme de fidélisation et les modifications de leurs comportements liés à l'adhésion à ce programme. Et de comparer le comportement du panel Maximiles par rapport au panel de référence NetValue France résidentiel. Pour ce faire, un panel de 400 "Maximilers" actifs a été constitué. Membres du programme Maximiles depuis plus de 2 mois, ils ont déjà gagné plus de 500 maximiles et surfent plus de 15 jours par mois à partir d'un PC à domicile. Pour mesurer leurs usages, ils ont téléchargé le logiciel de NetValue NetMeter, sorte de "mouchard" qui mesure les pérégrinations de l'internaute. Toutes ces données sont recueillies et traitées par NetValue chaque mois, depuis le mois d'octobre 2000, ce qui permet de donner une vision objective du taux de couverture des maximilers et de leurs usages de l'Internet.

MAXIMILES : 150 000 MEMBRES


Les résultats sur le mois de janvier permettent de se faire une idée plus précise des maximilers. Ils surfent plus souvent, 17,1 jours contre 11,5 en moyenne pour les données du panel France résidentiel de NetValue ; plus longtemps, 25,9 heures contre 6,9, et plus profondément : 150,2 domaines visités contre 45,6. Reste à savoir quelle est l'influence du programme de fidélisation Maximiles sur les internautes "maximilés". La preuve semble faite : les sites partenaires de Maximiles ont été visités par 82,2 % des membres du panel, contre 18,6 % des membres du panel standard de NetValue. Pour Marc Bidou, P-dg de Maximiles, la lecture de ce panel confirme la validité du concept Maximiles : « Sur 4 mois, on constate que les Maximilers surfent plus longtemps, plus en profondeur et ils ont tous été au moins une fois sur le site de l'un des cinquante partenaires de notre programme. » Fort de ces résultats positifs, Maximiles, qui compte déjà 150 000 membres et se rémunère sur la vente de points et d'espaces publicitaires aux sites partenaires, vient de se lancer dans la vente de programmes de fidélisation en marque blanche.

Maximiles : les chiffres clés


Création : décembre 1999. Fonds levés : 11,4 millions d'euros. CA prévu en 2001 : 5 à 7 millions d'euros. 150 000 membres. 50 sites partenaires. 90 millions de points émis. 6,3 millions de francs de cadeaux. 22 millions de points échangés. Partenaires stratégiques : NetValue, Ifop.

Olivier Brusset

[Marketing Day 2016] Data driven marketing 2/2

[Marketing Day 2016] Data driven marketing 2/2

[Marketing Day 2016] Data driven marketing 2/2

Data scientist data analyst chief data officer ces metiers sont de plus en plus prises en entreprise ou les donnees semblent guider les prises [...]

eSport : une cible de 7,5 millions de fans en France

eSport : une cible de 7,5 millions de fans en France

eSport : une cible de 7,5 millions de fans en France

Plus de 75 millions de Francais sont fans de competitions sportives virtuelles devoile Webedia Plus un tiers accorde au moins trois heures par [...]