Recherche

Le maxi rêve de Maximiles

Publié par le


Du multienseigne au multisecteur, Maximiles ne manque certes pas d'ambition. Dernière illustration : mutualiser les acteurs traditionnels autour d'un programme unique. Son but est de devenir "Le" partenaire national, on et off line. L'e-commerce se développe, mais pas suffisamment vite pour certains acteurs dont le business model repose sur l'intensité du e-shopping. C'est le cas pour Maximiles. Malgré un doublement de sa base de membres en un an (400 000 actuellement), le programme multienseigne en ligne est aujourd'hui confronté à un effet de saturation. D'où l'idée d'emprunter de nouvelles voies. Pour recruter du sang neuf d'une part, mais aussi pour étendre la bonification des Maximiles (points de fidélité) à des partenaires situés hors de la paroisse internet. A l'instar des mortars montés en ligne pour toucher les e-consommateurs, le pure player s'adresse aujourd'hui au monde physique pour les même raisons : séduire de nouveaux "memberships" en vue de pérenniser son programme. Objectif : 2 à 5 millions d'adeptes à l'horizon 2004. Le projet est simple - il s'agit de nouer des partenariats avec des enseignes traditionnelles -, mais laborieux, puisqu'il faudra les convaincre de migrer leur propres programmes de fidélisation sur la plate-forme de Maximiles. Pour soutenir sa cause, le Dg de Maximiles, Thomas Chatillon, fournit plusieurs arguments : « L'avantage de cumuler les points collectés aussi bien on que off line et multiplier ainsi les occasions de gains pour des offres bien plus attractives que l'assiette Arcopal. » Clin d'oeil à un pétrolier notoire que Maximiles espère fédérer autour de son programme. Courant avril, un premier jalon sur le sol mortar a été posé : un partenariat avec American Express permet déjà aux détenteurs de "Blue" d'échanger les points Rewards contre des points Maximiles et d'accéder aux bonus du catalogue éponyme. Des accords avec trois acteurs majeurs du monde physique seraient en cours de négociation. Mais pour s'imposer en maxi-fidélisateur, la société devra fournir de supers arguments.

Nathalie Carmeni

La transformation digitale, pas de place pour la demi mesure.

Article écrit par DEVELINK

DEVELINK

La transformation digitale, pas de place pour la demi mesure.

La transformation digitale, pas de place pour la demi mesure. La transformation digitale, pas de place pour la demi mesure.

La transformation digitale est l'opportunité pour les entreprises de réconcilier l'humain et les technologies digitales. L’humain et une vision [...]

Comment vendre sur Amazon de façon rentable ?

Article écrit par Channable

Channable

Comment vendre sur Amazon de façon rentable ?

Comment vendre sur Amazon de façon rentable ?

Amazon jouit d’un trafic exceptionnel, aussi bien en termes de quantité que de qualité. Ses 23 millions de visiteurs uniques par mois en font [...]

Un nouveau site mobile pour L'Équipe

Un nouveau site mobile pour L'Équipe

Un nouveau site mobile pour L'Équipe

Le média sportif du groupe Amaury dévoile un nouveau site mobile pour améliorer l'expérience utilisateurs de ses 1,6 millions de mobinautes [...]

Smart City (1/2) : Vers un monopole des géants américains ?

Article écrit par HAAS Avocats

HAAS Avocats

Smart City (1/2) : Vers un monopole des géants américains ?

Smart City (1/2) : Vers un monopole des géants américains ?

La première vision de la smart city est dite top down. Centralisée, elle est portée le plus souvent par un ou plusieurs acteurs, souvent de [...]

Le CSA autorise les coupures pub des JT de TF1

Le CSA autorise les coupures pub des JT de TF1

Le CSA autorise les coupures pub des JT de TF1

La décision du CSA est tombée mercredi 19 juillet : TF1 pourra entrecouper ses journaux télévisés de 13h et de 20 heures de publicités. Une [...]

Le viral, un enjeu vital

Le viral, un enjeu vital

Le viral, un enjeu vital

Créer un événement est une chose. Le transformer en vecteur de business en est une autre. Pour y parvenir, il faut notamment qu'il soit correctement [...]