Recherche

Le fulfillment, grand oublié du planning

Publié par le

La vie d'un mailing ne s'arrête pas à l'acheminement postal. Prévoir la phase suivante de gestion des retours s'avère indispensable.

  • Imprimer


« Trop d'annonceurs négligent la préparation du fulfillment », regrette Roland Bruno, responsable du marketing stratégique opérationnel chez Communider. La gestion des remontées nécessite, elle aussi, une logistique (le traitement se fera-t-il en interne ou sera-t-il sous-traité ?), des procédures (prévoir les différents scénarios au téléphone), des moyens humains (un responsable du back-office et des répondants) et un budget. Tirer parti de tous les contacts générés suppose d'en avoir au préalable prévu le nombre. Ce pourcentage varie en fonction de la qualité de l'offre et du ciblage, de l'objectif de l'opération (prospection/fidélisation). Le média utilisé (TV, radio, mailing ) tant pour la diffusion du message que pour les remontées joue également. Un numéro de téléphone - Vert ou Azur - diffusé dans un mailing suscite en général 90 % des remontées en une semaine. S'il est proposé conjointement à un coupon à renvoyer, il séduira 60 % des répondants. Enfin, son utilisation augmente le nombre global de réponses. Parfois au-delà des espérances. Un industriel du bâtiment, qui avait envoyé lors d'une augmentation de capital, 160 000 propositions de souscription à ses actionnaires, en a fait l'expérience. « Je pensais que nous allions avoir 1 % de taux de remontées. Nous avons reçu 4 000 appels via le numéro Vert », raconte Roland Bruno. Un vrai défi, d'autant qu'une semaine avant les premiers appels, la structure de réception était encore inexistante ! Il a fallu, en quatre ou cinq jours, recruter 10 répondants (des étudiants en DESS banque-finance). Ceux-ci n'ont eu qu'un week-end pour se familiariser aux scénarios de réponse aux appels. En général, 70 % des appels sont dits de "mode opératoire" et correspondent à des options prévues sur le coupon (dans ce cas, avoir une documentation, souscrire des actions...). Les 30 % restants réclament un traitement personnalisé, soit parce qu'ils présentent un problème (un appelant veut acheter de façon groupée), soit parce qu'ils doutent de l'efficacité du système ; des "rouspéteurs" qu'il est fortement conseillé de chouchouter en mobilisant des salariés compétents et même, pourquoi pas, en invitant le P-dg à prendre son combiné. Effet garanti.

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Article écrit par Digitalent

Digitalent

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017 Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Le salon du E-Marketing PARIS ouvrira ses portes à Porte de Versailles, Paris, du 18 au 20 avril 2017. Comme à son habitude, il traitera des [...]

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

L'institut Harris Interactive a présenté la cinquième édition de son baromètre Social Life consacré aux médias sociaux. Le point sur les tendances [...]

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Article écrit par MEDIARITHMICS

MEDIARITHMICS

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Lundi 10h : réunion hebdomadaire au département marketing. La directrice annonce les grandes lignes d’une campagne d’activation marketing scénarisée [...]

7 conseils pour optimiser des mailings B to B

7 conseils pour optimiser des mailings B to B

7 conseils pour optimiser des mailings B to B

L'e-mail reste un élément de communication privilégié en B to B, puisque 41% des professionnels ont acheté un produit après avoir reçu un e-mail [...]