MENU
Recherche

Le data manager, homme-orchestre de l'entreprise

Publié par le

Il n'a pas le don d'ubiquité et pourtant ses compétences couvrent plusieurs métiers de l'entreprise. De responsable informatique à statisticien en passant par extracteur avec quelques appétences en marketing, le data manager est un homme-orchestre. A tel point que certaines entreprises estiment nécessaire de le “cloner”.

Personnage crucial, le responsable base de données “usuel”, avec sa formation classique d'ingénieur informatique, est devenu en quelques années “data manager”, une dénomination qui, au-delà d'un effet de mode, a évolué parce que l'usage de la donnée dans les entreprises a considérablement changé. Il ne s'agit plus uniquement pour le data manager de vérifier la cohérence et la disponibilité des bases de données mais de s'intéresser à l'ensemble des processus qui intègrent l'usage de la donnée : stockage, exploitation, restitution, extraction, rapport, etc. Un rôle donc plus vaste qui place le (ou les) data manager(s) comme acteur(s) incontournable(s) au sein de l'architecture de l'entreprise puisque ses fonctions l'amènent à dialoguer avec les départements marketing, commercial, financier, ainsi que la direction.

Prestataire, agence et annonceur

Pour mieux comprendre l'ensemble des missions qui incombent au data manager, il faut d'abord faire la distinction entre les différents types d'entreprises susceptibles d'en intégrer un. Il s'agit d'abord des annonceurs, propriétaires de la donnée, peu enclins à la transmettre en externe dans la mesure où il s'agit d'une valeur stratégique pour l'activité de l'entreprise. Chez eux, le data manager est avant tout le garant de la qualité de chaque donnée, le maître d'oeuvre de l'ensemble des opérations où cette donnée intervient. Il s'agit encore généralement d'informaticiens, même si le profil évolue vers l'analyse opérationnelle et prédictive. Au sein de l'entreprise, il doit pouvoir faire le lien entre la base de données et les différents services (comme la direction, le marketing, les commerciaux), donc pouvoir dialoguer avec eux. Deuxième type d'entreprise, les prestataires extérieurs, type Wegener ou Cegedim. Le profil est légèrement différent puisque généralement les tâches externalisées concernent spécifiquement l'intégrité et la disponibilité des données. « A notre niveau, le data manager gère la base de données pour le compte d'un client. C'est avant tout une relation commerciale puisqu'il suit le client, et fonctionnelle pour la partie production », explique Serge Imbott, directeur R&D chez Wegener DM. Un client qui doit pouvoir établir le dialogue avec son prestataire : «y a toujours un responsable en interne pour contrôler la donnée externalisée », commente Hervé Kauffmann, directeur des opérations chez KXEN France. Sans parler des aspects extraction et statistique, qui font intervenir des aspects sensibles de l'activité de l'annonceur : « On ne peut pas externaliser cette partie du data management », complète Stéphane Bernal, responsable commercial du