Recherche

Le code-barres marketing

Publié par le

Scanbuy vient de signer un partenariat avec Maporama. Le but : offrir du marketing géolocalisé et générer du trafic sur les lieux de vente.

  • Imprimer


Né au Japon, le scanning de codes-barres avec un téléphone mobile équipé d'un appareil photo est devenu monnaie courante. Trente millions de personnes scannent quotidiennement des codes-barres dans la péninsule nipponne. Espérant profiter de ce possible engouement au sein de nos frontières, Maporama vient de s'associer avec Scanbuy, concepteur de la technologie de reconnaissance de codes-barres, afin de proposer ce nouvel outil marketing aux entreprises françaises.

Le principe est simple :

un usager remarque un produit qui l'intéresse (sur un site internet, un panneau d'affichage, ou encore à la télévision) et, grâce à son téléphone, scanne un code-barres. Un logiciel, installé au préalable sur le terminal, décrypte le code-barre et transmet cet identifiant à un serveur qui répond à l'utilisateur avec des informations commerciales, notamment l'adresse du point de vente le plus proche. Conformément à la loi française, Maporama ne géolocalise pas directement l'usager durant le processus. « Chaque code-barres sur chaque affiche d'une campagne est différent. Nous savons donc où se trouve chacun d'entre eux, localisant ainsi l'usager », explique Ludovic Broquereau, vice-président marketing de Maporama International. Le but étant de ne pas passer par l'opérateur en téléphonie mobile pour accéder au prospect.

Offre B to C par excellence

chaque annonceur choisit son modèle économique (l'information commerciale pouvant être gratuite ou payante), Maporama le facturant pour chaque scanning qu'il traite. Le coût, dégressif, s'établit entre 25 euros et 8 euros les mille scannings. En revanche, l'annonceur se charge de placer sur les affiches de sa campagne les codes-barres de façon cohérente, d'un point de vue géographique, avec le concours de son agence de publicité. Si aucun contrat n'a encore été signé pour ce produit, des pourparlers seraient en cours pour un démarrage des premières campagnes fin du premier semestre 2006. Maporama espère pouvoir, dans un deuxième temps, vendre ce service à des sociétés B to B qui souhaiteraient offrir des informations géolocalisées à leurs prospects.

Samir Azzemou