Recherche

Le canal électronique s'impose

Publié par le

Après une année explosive en termes de ventes, les e-commerçants du panel de l'Acsel affichent un optimisme à toute épreuve.

  • Imprimer


Les rescapés de l'explosion de la bulle internet peuvent se réjouir. Jamais l'e-commerce n'aura été aussi florissant qu'en 2002 : le nombre d'acheteurs en ligne croît plus vite que le nombre d'internautes. En 2002, la part des e-acheteurs a progressé de plus d'un million de personnes et représente 29,7 % de la population totale. Comme le montrent les indicateurs du dernier baromètre de l'Acsel (Association pour le commerce et les services en ligne), au 4e trimestre 2002, les transactions en ligne ont progressé de 63 % par rapport à la même période en 2001, et de 47 % sur l'ensemble de l'année. En volume, cela correspond à 10 millions de transactions réalisées contre 6,8 millions en 2001. En valeur, les achats en ligne ont généré 2,2 Md€ de chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'année. « Ce qui représente environ 12 % du chiffre d'affaires de la VPC », indique le président de l'Acsel, Henri de Maublanc. Résultat que confirment les vépécistes : à La Redoute, Internet pèserait déjà entre 20 % et 30 % du CA global, selon les pays, et, chez Surcouf, entre 10 % et 15 % du CA de l'enseigne. Aux 3 Suisses, le Web a, pour la première fois, détrôné le Minitel. Il couvre désormais 8 % des ventes du vépéciste et, compte tenu de son niveau de croissance en 2002 (+ 40 % par rapport à 2001), 3 Suisses estime que ce canal devrait "rapidement" générer 20 % du chiffre d'affaires du groupe. Ces annonces posent pourtant une question : Internet détourne-t-il les acheteurs des autres canaux de distribution ? Rien n'est moins sûr. « Après analyse, nous constatons qu'Internet a non seulement un effet d'accélération des ventes en magasin, mais que cette synergie Internet/magasin est même beaucoup plus forte que la cannibalisation qui reste, elle, très marginale », assure Jan Löning, P-dg de fnac.com. Pour l'ensemble des professionnels du panel de l'Acsel, l'augmentation des ventes en ligne se poursuivra en 2003. Nomatica l'estime entre 80 et 100 % ; MisterGooddeal compte doubler son chiffre d'affaires tout en quadruplant ses marges ; 3 Suisses espère gagner 40 % de revenus supplémentaires. Quant à Voyages-SNCF, son Dg, Denis Wathier, table sur une croissance équivalente à celle enregistrée en 2002, soit 60 %.

Nathalie Carmeni

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Laisser les enfants gérer leur budget : c'est le souhait de VeeCee. Le service n'est pas le seul à s'intéresser au marché d'une jeunesse de [...]

Comment devenir une entreprise data-driven?

Comment devenir une entreprise data-driven?

Comment devenir une entreprise data-driven?

Mardi 6 décembre, emarketing.fr et IBM ont organisé, à Paris, une matinée consacrée aux tendances du marketing digital. Parmi elles, la dark [...]

Chanel ouvre un double pop-up store dans le Marais

Chanel ouvre un double pop-up store dans le Marais

Chanel ouvre un double pop-up store dans le Marais

La maison de couture française vient d'ouvrir une double boutique éphémère située dans le quartier parisien du Marais, qui accueillera le public [...]