Recherche

Lastminute/Travelprice : mariage de raison

Publié par le

Comme annoncée par de nombreux signes de faiblesse, la concentration du secteur du e-tourisme se confirme. Sur le marché européen, c'est désormais le groupe Lastminute qui mène la danse.

  • Imprimer


Croissance externe à tous les étages, telle est la stratégie de lastminute.com. Entamée il y a deux ans par le rachat de Degriftour (98 ME), la politique d'acquisition s'est poursuivie à un rythme soutenu. Pour rappel, le britannique a pris le contrôle de Destination Holding Group courant juin (12 M£) et injecté 2,4 M£ (20 %) au capital de LCC24, suite au rachat de travelselect.com (9 M£) intervenu en avril. Pour aboutir, en juillet, à l'acquisition de Travelprice, son principal concurrent. En pleine expansion sur l'Europe du Sud, Travelprice avait doublé son chiffre d'affaires à 67,3 ME en 2001. Confrontée à un affaiblissement du marché suite au 11 septembre, l'agence risquait d'épuiser sa trésorerie dans la poursuite d'opérations de marketing et communication pourtant nécessaires à son développement. « Nous devions soit continuer notre développement par croissance interne, soit nous adosser à un concurrent », indique Nicolas Pernikoff, directeur marketing de Travelprice. Cette opportunité ne pouvait être ignorée par Lastminute dont les ambitions de leadership ont toujours été explicites. L'agence fondée par Roland Coutas a donc été cédée, pour un montant de 39,1 millions de livres, au pure-player britannique. Ainsi renforcée, Lastminute compte capitaliser sur les effets de synergie avec Travelprice pour se hisser en tête du secteur et résister à la pression des concurrents américains déjà bien implantés sur le marché européen.

Nathalie Carmeni