Recherche

La vie pour culte

Publié par le

Optimiste lucide, Frédéric Herbinet sait s'enflammer pour les nouveaux projets, tout en gardant le sens des réalités. Ce qui explique la longévité, et la rentabilité, de Beweb, sa start-up lancée en 1997. Qu'il compte désormais céder. A la clé : un nouveau projet et, qui sait, sans doute une nouvelle vie.

  • Imprimer


Il a la bougeotte et se dope au challenge. Partisan du travail bien fait, de produits finis, Frédéric Herbinet n'attend pourtant pas l'aboutissement d'un projet pour relever de nouveaux défis, s'offrir de nouvelles expériences. Eclectique et endurant, il se fixe autant d'objectifs que nécessaire pour, surtout, ne jamais connaître l'ennui. Car, aime-t-il préciser, « je n'ai pas l'âme d'un fonctionnaire ». Son pire ennemi ? « Assurément, la routine. » Cette répétitivité au ronronnement tranquille lui a fait abréger sa carrière chez Young & Rubicam. Depuis, il ne cesse de se régénérer par le travail, parfois en éminence grise dans le domaine du marketing, parfois sous les feux de la rampe en tant qu'entrepreneur. En 1987, il crée FHC, société de gestion et exploitation de droits audiovisuels dérivés, puis il rejoint Delatte, spécialiste de la licence de marques, en tant que responsable du marketing. En 1993, il s'offre une mission plus "fun" dans l'univers jeune et mousseux de la bière mexicaine et développe la marque Sol sur l'Hexagone. Mission accomplie, il récidive dans l'entrepreunariat en 1997 en créant l'une des premières web agencies françaises, Beweb. Disciple d'Internet depuis 1994, il a suffisamment manipulé le média pour l'estimer à sa juste valeur - « un canal de distribution planétaire » - et rester lucide face aux hordes d'investisseurs zélés qui se précipitent chaque jour à son bureau pour lui apporter leur soutien financier. C'est avec des fonds propres qu'il lance de multiples extensions en ligne : Biskott, Milkado et Misterprize, toutes dédiées au jeu marketing, toutes rentables, dotées de bases de données ultra-qualifiées d'internautes invétérés. Une belle affaire. Qu'il compte pourtant céder. La routine se serait-elle installée ? Pour sûr, il caresse déjà un nouveau projet. Imaginer cet urbain branché reconverti, à 36 ans, en maître gastronome dans un relais château ne serait pas une gageure : loin de se conformer à l'image du start-upper désabusé, Frédéric Herbinet se révèle un hédoniste hors pair. Un « épicurien », de son propre aveu. La cuisine est pour lui un art ! Auquel il s'applique en amateur du dimanche après son tour du marché. Si, d'aventure, vous le croisez escorté de chiens, errant parmi les chênaies du mont Ventoux, ne soyez pas surpris. Car c'est dans la trufficulture, les gîtes ruraux et les bonnes tables qu'il envisage de se recycler.

Nathalie Carmeni

Les 5 offres d'emploi Web de la semaine

Les 5 offres d'emploi Web de la semaine

Les 5 offres d'emploi Web de la semaine

5 nouvelles opportunités d'emploi du digital sont mises en avant chaque semaine ici. Les offres d'emploi touchent aussi bien à l'univers du [...]

La nouvelle ère des smart shoppers

La nouvelle ère des smart shoppers

La nouvelle ère des smart shoppers

Le consommateur d'hier s'est transformé en un " smart shopper " à la recherche de nouveaux repères promotionnels. Décryptage.