Recherche
En ce moment En ce moment

La mise sous pli épouse l'impression

Publié par le

L'équipement modulable permet de réaliser le façonnage et la mise sous pli en une seule passe. On peut même ajouter le module d'impression, pour obtenir un fonctionnement en continu, de l'écran du PC jusqu'à la sortie des enveloppes adressées.

  • Imprimer


«Parmi nos clients de production en volume, il y a les banques, les assurances et leurs prestataires. Avant, ils faisaient appel à des centres de traitement régionaux. Aujourd'hui, la tendance est au regroupement des envois sur un site unique équipé de plusieurs machines, entre deux et huit selon la taille du site », remarque Stéphane Cartier, directeur commercial chez Buhrs. Dans les envois bancaires, il y a de plus en plus de publicité, ce qui explique ce besoin de s'équiper avec des machines plus sophistiquées dotés de margeurs adaptés. Les entreprises de VPC ont le même besoin de réaliser l'impression, le façonnage, la mise sous pli en grand volume. Un de leurs objectifs est d'uniformiser les contrôles, la remontée des impressions, le contrôle d'intégrité des plis.« Aujourd'hui encore, le parc est surtout constitué de machines mono-applicatives car les réglages complexes prennent beaucoup de temps, quand il faut rechercher des connexions informatiques entre la machine de mise sous pli et le logiciel qui gère l'impression. Nous cherchons à introduire des machines polyvalentes pouvant traiter les différents formats d'enveloppes sur un seul équipement », ajoute Stéphane Cartier.« Il y a un vrai marché pour des machines de mise sous pli dans les entreprises, constate Benoît Micaud, responsable des produits Secap, groupe Pitney-Bowes. Les annonceurs pensent souvent au mailing, au papier et au dépliant mais sans réaliser comment le mettre sous pli. Or, s'ils avaient consulté leurs propres services généraux avant, cela aurait permis de diminuer les coûts. » Autre travers souvent cité, une agence trop créative qui conçoit des mailings difficiles à mettre dans une enveloppe. Plus on évolue dans la gamme du matériel et plus les solutions sont modulables. Une petite machine pour traiter 500 enveloppes par mois, la SI-1000 de Secap, coûte 3 500 euros. Mais une machine, permettant de traiter 100 000 enveloppes, coûte à partir de 30 000 euros. Celle-ci permet un traitement simultané de plusieurs envois segmentés à partir du fichier, dans une seule campagne. Selon le segment, la machine prendra des documents différents, et elle choisira aussi une enveloppe adaptée à leur taille. Le choix de la machine de mise sous pli sera guidé par le code Datamatrix qui permet de mettre plusieurs informations, sous forme codée, sur une petite surface en marge du document. Son avantage est de s'avérer parfois moins encombrant que le code à barres ou le code OMR. Il est aussi plus facile à caser sur le document sans détériorer la charte graphique quand on passe du traitement manuel à l'automatique.

Le "Tout-en-un" à la mode


Particulièrement destinée aux mailings des PME, la machine Click & Mail de Secap est équipée avec un module d'impression laser monochrome, en plus des fonctions de mise sous pli. Cet engin est destiné à réaliser jusqu'à 20 000 envois par mois. Il permet d'imprimer le document et de mettre sous pli un envoi comprenant, par exemple, cinq pages et un encart, le tout en un seul passage. On crée les documents sur l'écran du PC et des enveloppes toutes prêtes sortent de la machine. Son inconvénient réside dans le ratio qualité-prix : pour plus de 20 000 euros, on est malheureusement limité à l'impression monochrome, ce qui restreint les options créatives d'un mailing. L'avantage de la machine "tout-en-un"est sans doute dans l'intégration de la chaîne : pas de transfert manuel des documents entre les machines et aussi une réimpression automatique des documents ratés. A noter que Buhrs, Secap et quelques autres fournisseurs traditionnels de matériel de mise sous pli, ne sont plus les seuls prestataires sur ce marché où les constructeurs du matériel de copie et d'impression comme OCE ou Xerox, proposent des prestations comprenant la mise à disposition du matériel d'impression et de mise sous pli, et des ressources humaines nécessaires. Le tout dans les locaux du client pour préserver la confidentialité des informations diffusées ; une particularité recherchée par le domaine bancaire. La concurrence entre ces prestataires proposant désormais des services intégrés et l'apparition de l'équipement "tout- en-un" impulsent aujourd'hui un nouveau souffle sur ce marché traditionnel.

Alexis Nekrasov

Une mise sous pli au bureau

Une mise sous pli au bureau

Une mise sous pli au bureau

Neopost presente une nouvelle mise sous pli orientee petits volumes

Quand les marques se distinguent par l'absurde

Quand les marques se distinguent par l'absurde

Quand les marques se distinguent par l'absurde

Miser sur le loufoque demande du courage Mais le pari peut se reveler payant quand on doit faire face une forte concurrence avec un faible budget [...]

La Paris Retail Week consacrée au "Live Retail"

La Paris Retail Week consacrée au "Live Retail"

La Paris Retail Week consacrée au "Live Retail"

La 3e edition de la Paris Retail Week du 19 au 21 septembre est placee sous le signe du Live Retail un commerce adapte en temps reel base sur [...]