Recherche

La FRM lutte contre la fuite des cerveaux

Publié par le

Pour sensibiliser le public au manque de moyens du secteur de la recherche, la Fondation pour la recherche médicale a confié une vaste campagne de communication à l'agence RMG Connect.

  • Imprimer
La campagne de la FRM contre la fuite des cerveaux marque les esprits.

La campagne de la FRM contre la fuite des cerveaux marque les esprits.

Chaque année, ce sont 20% de jeunes chercheurs qui ne rentrent pas travailler en France après leur stage à l'étranger. Malgré de nettes améliorations, la situation de la recherche en France reste préoccupante. C'est pour sensibiliser le grand public à cette réalité que la Fondation pour la recherche médicale (FRM) a demandé à l'agence RMG Connect, spécialisée dans le caritatif, de concocter une campagne 360°. «Nous travaillons depuis longtemps avec la Fondation car le caritatif et la collecte de dons sont des secteurs très pointus et dont nous maîtrisons aujourd'hui les spécificités», note Claude Chaffiotte, p-dg de RMG Connect qui a travaillé bénévolement sur cette campagne. Visible depuis septembre, l'opération «l'affaire des cerveaux», comprend, outre de l'affichage et des spots TV et radio, un large volet Web avec une dynamique virale. Tout a commencé le 15 septembre avec la diffusion sur Internet (YouTube et Dailymotion) d'étranges interviews de témoins qui, partout à travers le monde, affirment avoir «vu» des cerveaux français débarquer dans leur pays. Le 25 septembre, les internautes ont pu découvrir qui se cachait derrière ces films viraux, et visiter le blog créé pour l'occasion. «Cette campagne a surtout pour objectif de marquer les esprits. C'est pour cela que nous avons volontairement choisi l'image choc du cerveau pour illustrer le phénomène de l'exil des jeunes chercheurs», note Claude Chaffiotte. Si l'opération n'a d'autre but que la sensibilisation (pas d'appel aux dons, ni de récolte d'adresses), elle sera suivie de l'envoi à 300 000 donateurs potentiels, du magazine de la Fondation pour la recherche médicale.

Isabelle Sallard