Recherche

L'écrit : un long passé. Quel avenir ?

Publié par le

Depuis le cunéiforme, l'écrit a toujours vécu dangereusement, à la merci des modes et des nécessités. Les supports ont changé. Paroi des cavernes, terre cuite, tablette de cire, papyrus, parchemin, papier… Aujourd'hui, la liste s'allonge avec les écrans de la modernité: télévision, ordinateur et téléphone portable.

  • Imprimer


Comme toute époque, la nôtre cumule les paradoxes. D'un côté, des journaux courent après les lecteurs et un équilibre financier; des industriels les rachètent ou les maintiennent sous perfusion. De l'autre, des gratuits séduisent un lectorat croissant. D'un côté, des maisons d'édition gémissent sur la dureté des temps. De l'autre, les mêmes se rachètent à prix d'or. Longtemps oubliés par les financiers, des groupes de presse se mettent soudain à passer de main en main… Pourquoi l'écrit échapperait-il à la marchan-disation généralisée ? Moyen d'échange, d'information, de conviction, l'écriture s'adapte aux nouvelles technologies. En retour, ces nouveautés modifient nos comportements de lecture et, partant, les règles de la communication papier. Mais, dans ce changement, demeurent toujours les “fondamentaux”. Il s'agit des constantes qui guident nos gestes et nos actions, de ces comportements indépendants des modes, de tout ce qui préexiste et dépasse le présent. L'homme des cavernes courait nu-pieds à la poursuite de son aurochs. Le sprinter d'aujourd'hui porte des Nike ou des Adidas. Les deux ont un point commun: ils courent toujours en mettant un pied devant l'autre. Quand un enfant dessine, le soleil est naturellement jaune, l'eau est forcément bleue, l'herbe verte… Quand vous lisez, votre œil a tendance à filer vers la droite et à tomber dans l'angle inférieur droit. Il y a ainsi une multitude de détails qui tiennent à notre nature même, au mode de fonctionnement de notre corps et à notre mental. Le métier de concepteur-rédacteur consiste précisément à concilier le besoin de nouveauté qui caractérise l'époque et les fondamentaux auxquels nous obéissons. Et cela concerne aussi bien les mots que les visuels, les formats que les couleurs, les arguments commerciaux que leur mise en scène. Au-delà des couleurs, des polices de caractères “tendances”, il y a les impératifs fonctionnels et culturels de notre œil. Au-delà d'une infinité de visuels possibles pour montrer un objet, une ambiance, des personnages, il y a l'impression ressentie psychologiquement, l'adhésion ou le rejet selon l'angle de vision, la couleur, l'expression, le type même de visuel (photo, illustration, infographie…). Tout est écriture, tout est signe. Y compris, comme l'indique son nom, le sens d'un document. Vertical ou horizontal, debout ou couché, il parle déjà : le domaine de la construction appelle, par exemple, la verticalité, alors que l'horizontalité s'applique de préférence au voyage, au monde de l'agriculture. Il en va de même pour la forme et le placement des visuels, par exemple pour l'orientation à donner à un paquebot en partance. L'horizon temporel, inscrit en chacun de nous, veut que la proue se dirige vers la droite. Subtilités ? Non, évidence. La couleur ? “Des goûts et des couleurs…” Pourtant, les camions des pompiers sont rouges, comme les panneaux routiers qui marquent un danger ou une interdiction; les croix des pharmacies sont vertes ; le ciel est toujours bleu… Et chaque couleur produit une impression particulière. L'une apaise, l'autre excite, une autre encore nous baigne de chaleur bienfaisante. Aucune ne laisse indifférent. Mais il en est de la couleur comme de l'alcool : l'abus est dangereux. Nous n'entrerons pas ici dans les techniques de l'écriture appliquées à la vente, qui mériteraient un volume à elles seules. Mais les mots nous parlent aussi par leur typographie. Leur dessin donne une coloration au texte. C'est ainsi qu'il y a les lettres qui commandent, celles qui chantent, celles qui rient, celles qui pleurent… Téléphone portable, ordinateur et télévision transforment notre regard sur le monde et notre façon de communiquer. L'écriture au sens large s'habille aujourd'hui différemment d'hier, les supports évoluent, les contenus et les mises en scène aussi… Le danger serait d'oublier que nous courons toujours en mettant un pied devant l'autre. n

Jacques Marboeuf

La curiosité, clé d'ouverture des e-mails

La curiosité, clé d'ouverture des e-mails

La curiosité, clé d'ouverture des e-mails

Un internaute reçoit, en moyenne, 121 mails par jours. Face à la profusion d'e-mailings, comment les entreprises peuvent-elles se démarquer? [...]

Le groupe Editialis rachète Eurokapi

Le groupe Editialis rachète Eurokapi

Le groupe Editialis rachète Eurokapi

Le groupe de communication plurimédia vient de faire l'acquisition d'Eurokapi, qui rejoint Wefactory &Co, l'agence conseil, éditoriale et événementielle [...]

Altice s'offre Teads pour accélérer dans la publicité

Altice s'offre Teads pour accélérer dans la publicité

Altice s'offre Teads pour accélérer dans la publicité

La pépite française tombe dans le giron d'Altice qui ambitionne ainsi de développer son pôle publicité et d'imposer la publicité adressée en [...]

Rebecca Minkoff, les 4 raisons du succès

Rebecca Minkoff, les 4 raisons du succès

Rebecca Minkoff, les 4 raisons du succès

Invité, le 20 mars, à Shoptalk Las Vegas 2017, Uri Minkoff, cofondateur de la marque de vêtements et d'accessoires Rebecca Minkoff, a détaillé [...]