Recherche

L'e-commerce booste la VAD

Publié par le

Sans bousculer l'économie française, l'explosion du e-commerce a un impact conséquent sur le secteur de la VAD, notamment sur les emplois directs ou indirects qu'il génère. Synthèse des enquêtes menées conjointement par la Fevad, Benchmark Group et Forrester.

  • Imprimer

Impact économique de l'e-commerce

Rien à dire, les Français se situent tout juste dans la moyenne européenne. Selon l'étude menée par Forrester pour Google, parmi les 141 millions d'internautes européens, 74 millions sont des cyberacheteurs. Après la Suède, les Pays-Bas et l'Angleterre qui caracolent en tête, la France compte 28 % d'acheteurs parmi ses 52 % d'internautes. Une moyenne honorable qui génère 3,8 % du total de la distribution en France, soit 14 milliards d'euros en 2005.

Et selon les prévisions de Forrester Consulting, les ventes en ligne vont plus que quadrupler d'ici à 2011 avec près de 40 milliards d'euros (10,7 %) générés via le canal web. Dans cette configuration, la France tend à rattraper ses cousins allemands qui devraient flirter avec les 12 %. Autre indication, Internet déploie des ventes en ligne et influence les ventes en magasin.

Ainsi, 5 % des ventes réalisées en France le sont en ligne et 5 % sont influencées par Internet. Encore mieux,les internautes dépensent à 64 % plus qu'en magasin.

Impact sur l'emploi

De fait, cette euphorie se répercute sur l'emploi et les intentions d'embauche pour soutenir cette activité. Pour la première fois, une étude réalisée par Benchmark Group pour le compte de la Fevad, livre un instantané de l'emploi dans les activités de la VAD et d'e-commerce.

En France, ces deux secteurs représentent près de 50 000 emplois directs auxquels s'ajoutent 31 100 emplois indirects (activités logistique, centres d'appels, Poste…). Plus précisément, 35 500 emplois concernent le secteur du B to C (dont 15 500 en e-commerce) et 11 500 le secteur du B to B.

Dans l'e-commerce, le nombre de salariés se partage à égalité entre les spécialistes du e-commerce et les vépécistes ayant développé une activité web (26 %). Dans la VAD, les métiers les plus représentés sont la relation client, l'approvisionnement et l'achat (37 %), la production et logistique (32 %), puis les centres d'appels internalisés (14 %).

Les perspectives d'évolution

Preuve de la bonne santé du secteur, 80 % des entreprises prévoient des augmentations d'effectifs au cours des deux prochaines années. Le nombre d'emplois créés d'ici 2008 pourrait ainsi atteindre 1 500 postes. Bien entendu, comme le rappelle Marc Lolivier, délégué général de la Fevad, ce chiffre ne prend pas en compte les créations d'emplois liées aux nouveaux entrants, particulièrement importants dans l'ecommerce (+ 45 % de nouveaux sites en 2005). Les spécialistes d'e-commerce, pour leur part, prévoient une augmentation de leurs effectifs de 29 % d'ici à 2008. En tête des secteurs les plus demandeurs, on trouve l'informatique (11 %) et les centres d'appels (8 %).

Marie-Juliette Levin

Isobar et eCommera lancent "Brand Commerce"

Isobar et eCommera lancent "Brand Commerce"

Isobar et eCommera lancent "Brand Commerce"

L'agence Isobar s'attaque à la vente en ligne à travers sa nouvelle plateforme "Brand Commerce", qui propose un service complet, rassemblant [...]

Undiz Academy : une campagne culottée pour recruter

Undiz Academy : une campagne culottée pour recruter

Undiz Academy : une campagne culottée pour recruter

Pas besoin de diplôme ou de savoir chanter pour participer à la Undiz Academy, un jeu de recrutement qui s'inspire de l'esprit "The Voice". [...]