Recherche

L'appel de Dakar

Publié par le

A 5 heures d'avion de Paris, le centre d'appels de PCCI, à Dakar, entend être l'interlocuteur des entreprises françaises. Ouvert depuis avril 2002, ce centre profite du décalage horaire pour fournir une prestation hors horaires ouvrés.

  • Imprimer


Enième délocalisation ? L'ouverture de PCCI (Premium Contact Center International), en avril 2002, à Dakar (Sénégal), y ressemble fort. La logique de réduction des coûts prime ici à l'instar d'implantations au Maghreb et autres eldorados d'une main-d'oeuvre à bas prix. D'entrée, Dominique Berthelot, Dg France de PCCI, donne le ton : « A Dakar, l'heure de production est 40 % moins chère qu'en France. » S'y ajoute le fait que Dakar représente un vivier de jeunes diplômés francophones dont les débouchés professionnels ne sont pas à la hauteur des diplômes. Ils ont ainsi été quelque 2 000 étudiants d'écoles de commerce, de marketing ou d'informatique à répondre à l'offre d'emploi... « Aucun problème d'accent », assène, sans complexe, Abdoulaye Sarre, l'un des fondateurs. Qui voit également dans PCCI l'opportunité pour certaines entreprises françaises « d'accéder à des compétences rares dans l'Hexagone. L'université de Senghor forme ainsi des pharmaciens dont le savoir pourrait être utilisé dans une cellule dédiée à l'univers médical ». Quant à l'infrastructure télécom, PCCI est connecté à deux câbles sous-marins à fibre optique (Atlantis 2 et Sat 3) qui relient l'Europe à l'Amérique. Pour convaincre, PCCI s'engage aussi sur les résultats. Sa campagne de réabonnement pour un magazine français de vulgarisation scientifique, par exemple, PCCI l'a gagnée en acceptant d'être payé au prorata des ventes effectuées. Un choix offensif qui fait craindre à certains l'attribution de missions dans le "dur". A ceux qui font de la proximité une priorité, Dominique Berthelot rétorque par la mise en place d'un système de visioconférence. Et, pour les autres qui craindraient "un décalage culturel" entre téléacteurs français et sénégalais, il répond que l'encadrement opérationnel est assuré par des cadres expatriés.

Un bureau à Paris


Il ne s'agit pourtant pas d'une délocalisation classique. Car, derrière le sigle PCCI se dissimulent, en fait, trois investisseurs sénégalais. Les fondateurs, Abdoulaye Sarre (Dg), Abdoulaye Mboup (Dga) et Yerim Sow (président du conseil d'administration), détiennent en fonds propres 66 % du capital (4,5 ME). Trois banques, dont la Bank of Africa, financent les 1,52 ME restant. Les trois comparses se connaissent depuis l'âge de 11 ans. Issus de familles aisées de la capitale sénégalaise, ils ont fait leurs études entre les Etats-Unis et la France. Les deux premiers sont vite devenus des apporteurs d'affaires pour de grands groupes, tels Siemens. Le dernier préside aux destinées du réseau cellulaire Telecel, filiale de Vodaphone, pour l'Afrique. « Nous aurions pu rester chacun dans nos métiers. Se contenter d'investir en bourse nos bénéfices. Mais, avec l'accession au pouvoir du président Wade, on pouvait envisager de faire quelque chose », explique Abdoulaye Sarre. Car, pour le Sénégal, l'implantation de ce premier centre à vocation internationale représente une belle opportunité. Alain Frossard, conseiller économique de l'ambassade de France, rappelle que « l'économie informelle totalise 60 % du PIB. Le secteur salarié, lui, n'en représentant que 5 % ». Si PCCI tient son plan de développement sur deux ans, la société deviendra le premier employeur du pays avec 3 000 positions et 7 000 salariés. Aujourd'hui, avec 300 positions ouvertes, et un potentiel de 1 000 ouvrables rapidement, PCCI Dakar se lance dans la mêlée. Embauchée pour une période d'essai de six mois, la quarantaine de téléacteurs - dont c'est souvent le premier emploi salarié - reçoivent 120 000 F CFA (183 E) auxquels devraient s'adjoindre des primes leur permettant de doubler leur salaire. Soit l'équivalent de 5 fois le salaire minimum. Les actionnaires ont ouvert une représentation commerciale à Paris, dirigée par Dominique Berthelot et Jean-Jacques Doucet, anciens de Convergys. PCCI devra toutefois trouver une dizaine de partenaires pour atteindre l'objectif de 7 ME, fixé pour son premier exercice.

Muriel Rozelier

Kiabi à la conquête de Paris

Kiabi à la conquête de Paris

Kiabi à la conquête de Paris Kiabi à la conquête de Paris

De retour dans la capitale, le pop up store parisien de Kiabi vient d'ouvrir ce vendredi 25 novembre 2016. Objectif ? S'implanter de façon plus [...]

Monoprix mise sur l'omnicanalité

Monoprix mise sur l'omnicanalité

Monoprix mise sur l'omnicanalité

L'enseigne de centre-ville Monoprix croit en en la complémentarité des canaux physiques et digitaux.

Le digital, facteur du dynamisme des centres commerciaux

Le digital, facteur du dynamisme des centres commerciaux

Le digital, facteur du dynamisme des centres commerciaux

Les visiteurs de centres commerciaux sont plus enclins que la moyenne des consommateurs à être aussi des cyber-acheteurs. Tel est l'un des enseignements [...]

Une solution pour créer ses propres bases de données

Une solution pour créer ses propres bases de données

Une solution pour créer ses propres bases de données

La plateforme Fichit, lancée en ligne fin mai, offre la possibilité de générer gratuitement des bases de données et de partager des informations [...]