Recherche

L'alternative “marque blanche”

Publié par le

Construire un tissu de compétences le plus à même de conduire un projet. C'est ce que propose le nouvel opérateur marketing, marque blanche.

  • Imprimer


“Mettre sa valeur ajoutée au service d'une marque et s'effacer devant elle”. Telle pourrait être la définition du travail sous “marque blanche”. Un concept que va mettre en pratique un nouveau réseau, composé de 30 entreprises de marketing services, baptisé… “marque blanche”. A l'origine de ce nouvel opérateur marketing : Christophe Renaudineau, ancien d'Euro RSCG et de Draft WorldWide, Pierre Grimaldi, ex-SMRS et également ancien de Draft WorldWide, ainsi qu'Alain Boulet, par ailleurs président de SRMS. Avec un souci : répondre aux attentes des annonceurs, qui ont parfois le sentiment d'être noyés et pas assez choyés par leur agence de communication. S'appuyant sur un partenariat avec le réseau SMRS, “marque blanche” va fédérer 30 entreprises de marketing services, regroupant 280 membres. Ces différentes expertises vont de la promotion au trade marketing, en passant par la théâtralisation du point de vente, le data mining, le marketing direct, les études quantitatives, les logiciels CRM, le marketing viral, les web sites, le design packaging… Ces expertises sont regroupées en quatre pôles : un pôle communication opérationnelle, un pôle data, un pôle connaissance client et un pôle hommes & techno. La mission dévolue à “marque blanche” est alors d'identifier les meilleurs experts pour la conception d'une opération et de préférer les moins chers dans la réalisation. En fait, ce que propose ce nouvel opérateur, c'est travailler avec la souplesse et la réactivité des petites structures, sans payer la marque ni les coûts de structure d'un groupe… mais travailler quand même, comme avec un groupe. « Utiliser marque blanche, c'est réduire les coûts fixes de marketing et de communication de 30 % », indiquent Christophe Renaudineau et Pierre Grimaldi. Une promesse concrétisée par la base line de la campagne : “no logo, no ego”. Parmi les premiers clients de “marque blanche” : un constructeur automobile pour un projet CRM à dominante techno, et une banque pour une campagne de communication médias/hors médias. Quant au business plan, deux types d'objectifs sont fixés : un objectif global en chiffre d'affaires sur les projets traités et un objectif en marge brute sur la partie CRM.

Sophie Mensior

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Mardi 28 mars Marketing organisait la 1re edition du Diner du retail reunissant plus de 70 leaders du retail la Maison blanche Paris Une soiree [...]

Marc Dorcel célèbre la Saint-Marc à sa façon

Marc Dorcel célèbre la Saint-Marc à sa façon

Marc Dorcel célèbre la Saint-Marc à sa façon

Pour la Saint Marc Marc Dorcel offre un acces illimite durant 60 jours son site premium tous ses homonymes Pour les autres il faudra montrer [...]

Carrefour abandonne sa marque Discount

Carrefour abandonne sa marque Discount

Carrefour abandonne sa marque Discount

Le groupe de grande distribution enterre sa marque Carrefour Discount Les 350 references de la gamme seront remplacees par des produits en marque [...]

La check-list des risques

La check-list des risques

La check-list des risques

Ne pas repartir de la feuille blanche Une check list des risques est un document elabore au niveau de entreprise utilisee par tous les projets [...]

Instagram intègre de la publicité dans ses stories

Instagram intègre de la publicité dans ses stories

Instagram intègre de la publicité dans ses stories

Pour aider les marques mieux interagir avec leur communaute Instagram lance deux nouveaux outils les insights et la publicite dans les stories [...]