Recherche

Jean-Michel Moulié Sous le signe des rencontres

Publié par le

Enfant révolté et solitaire, il est passé de la finance au marketing direct. La réussite sociale ne l'a pas changé. Cet amateur de sports mécaniques reste fasciné par le travail d'équipe et par le soleil.

  • Imprimer


Il faudra, un jour, faire la liste exhaustive des rencontres et des amitiés qui sont nées lors des voyages organisés par le groupe hollandais Wegener DM pour visiter le site de Fedaso à Fès, au Maroc. Pour Jean-Michel Moulié, il s'agit du voyage de mai 2000, effectué après la signature du contrat avec Claritas pour la saisie des données du questionnaire annuel. Il y rencontre Yves Poll, le patron de Wegener France, et lui parle d'un projet qui lui tient à cœur : la constitution d'une base de données marketing mutualisée. Au début 2001, aidé par Wegener DM, il fonde Apollinis, et en devient président. Puis, en novembre 2003, il est nommé directeur général de Wegener DM. Jean-Michel Moulié est « tombé dans le marketing direct par accident ». Rien ne prédestinait cet analyste financier passé par les Caisses d'Epargne, comme responsable du service fusion, à devenir le directeur général d'une société gérant une des plus grandes bases de données comportementales françaises. Avant, il y eu la vie de fils d'expatrié en Libye, où son père est ingénieur aéronautique. Il y vit deux ans, y passe la fin de ses études secondaires, puis suit ses parents en Tunisie, où il obtient son bac français au lycée Carnot de Tunis. Cet homme que la mer passionne a découvert le désert en Afrique, et en restera marqué à jamais. « J'aime les immensités, la mer et le désert… », précise celui qui avoue ne pas aimer la foule. Enfant, il était solitaire, rebelle même. Il a connu l'internat très tôt et se souvient des week-ends passés chez sa sœur qui l'hébergeait. Après avoir fait ses classes à Evreux, il passe son service militaire comme officier sur la base de Djibouti. Une année de rêve où il apprend à gérer des hommes, mais où il se plonge également dans ce pays mystérieux, entre mer et désert. Ses deux éléments favoris sont là : la mer Rouge où il découvre la plongée, et le désert qu'il sillonne à moto. Après ses études, il commence une carrière d'analyste financier. Deux postes lui reviennent en mémoire. Ses trois ans dans le groupe Chargeurs, de Jérôme Seydoux, tout d'abord. Il y découvre les paillettes du lancement de la première mouture de la Cinquième chaîne et le monde du cinéma avec Claude Berri, alors associé au sein de sociétés de production et de distribution. Il découvre aussi l'Argentine, lors des négociations du rachat d'une usine de textile. Inquiet de ne voir que peu de stocks de laine, on lui répondit que le stock était dans la pampa, encore sur les moutons ! Autre souvenir, ses trois ans passés chez ACI, éditeur du logiciel de base de données 4 Dimension, et sa rencontre avec deux pionniers du monde Apple, Laurent Ribardière et Marylène Delbourg-Delphis. Deux fortes personnalités, dans une époque troublée. C'est sans doute là qu'il prend conscience de l'importance des bases de données et de leur gestion. Il quitte ACI et rencontre Hervé Pointillard, fondateur de Claritas. « Un poste difficile mais intéressant, avec une équipe formidable où régnait une très bonne ambiance. » Directeur général adjoint, il y apprend tout par lui-même, après le départ d'Hervé Pointillard. Puis, c'est la rencontre avec Yves Poll et un nouveau destin pour celui qui deviendra en décembre 2004 président de Wegener DM. Cet homme a un secret. S'il n'aime pas la foule, il apprécie le travail en équipe et les rencontres. S'il n'a plus le temps de s'occuper de “Business Racing”, une association sportive de décideurs, il consacre une bonne partie de son temps libre à une association de riverains d'Asnières, où il habite. A la clé, des sorties pour les enfants et des représentations théâtrales. Il se sent bien dans cette ville « où tout le monde se dit bonjour ». Il y possède une maison avec un jardin. Ses enfants sont passés maîtres dans la culture des salades et même des fraises. Ce Gascon attiré par le soleil sait aussi apprécier la simplicité.

Parcours


44 ans, marié, trois enfants : Caroline, 15 ans ; Amaury, 13 ans et Hildebert 7 ans. Issec 1987, option finances ; maîtrise de gestion option finances, université de Paris I. 1983 à 1986 : analyste financier, responsable du service fusion au Centre National des Caisses d'Epargne. 1986-1989 : analyste financier pour le groupe Chargeurs. 1994-1997 : DAF chez ACI, éditeur de logiciels. 1998-juin 2000 : directeur général adjoint de Claritas. 2000-2001 : fondateur de FreeConso, place de marché du marketing direct. Depuis février 2001 : directeur général d'Apollinis SA, dans le groupe Wegener MD. En novembre 2003, il est nommé directeur général de Wegener DM.

Olivier Brusset

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Comment les annonceurs perçoivent-ils le mobile, qui absorbe une part de plus en plus croissante des investissements publicitaires ? Réponse [...]

Robotique : Hease, le robot d'accueil du retail

Robotique : Hease, le robot d'accueil du retail

Robotique : Hease, le robot d'accueil du retail

Hease Robotics présentera au CES Las Vegas 2017 son robot équipé d'intelligence artificielle à destination des acteurs du retail et de l'hospitalité. [...]

Hackathon : innover en mode marathon

Hackathon : innover en mode marathon

Hackathon : innover en mode marathon
Arte
Au coeur de l'hackathon organisé par la chaine de télévision Arte.

Sortir un nouveau produit en 48h chrono ? Telle est la promesse du hackathon. Le phénomène, en plein boom, séduit les marques.