Recherche

Internet, cinquième média publicitaire

Publié par le

L'IAB France, TNS Media Intelligence et l'e-Syndicat viennent de présenter les résultats publicitaires du média Internet sur le 1er semestre 2002. Mesurés, pour la première fois, selon une méthode d'évaluation comparable à celle des autres médias, ils sont issus des déclarations de 34 régies publicitaires sur un total de 37.

  • Imprimer


Cent vingt-sept millions d'euros, tel est le poids des investissements publicitaires, en France, captés par Internet au 1er semestre 2002. Une recette encore inférieure à celle des chaînes thématiques télé (190 ME), mais nettement plus élevée que celle du cinéma (77 ME). Dans l'absolu, les revenus de l'e-pub sont plutôt encourageants bien qu'ils ne représentent que 1,6 % du total des investissements plurimédia évalués à 7,791 milliards d'euros sur cette même période. Petit bémol : sur Internet, la ventilation des investissements reste encore concentrée sur deux principales catégories de sites, les moteurs de recherche (35 %) et les FAI ou grands portails (33 %) qui dominent le marché au détriment des sites d'information (7 % des recettes) et autres sites de contenus qui n'attirent que 15 % des budgets totaux. Autre particularité de ce marché : si certains secteurs n'ont pas encore intégré le Net à leur plan médias, en particulier la grande distribution qui ne consacre que 0,1 % de ses budgets à l'e-pub, les secteurs corporate, informatique, télécom, voyage-tourisme, équipement et services s'avèrent des sur-investisseurs de l'Internet avec un budget moyen de 4 % consacré à leur communication en ligne. Parmi eux, certains annonceurs traditionnels tels que France Télécom, Renault, Bouygues, SFR, Microsoft figurent aussi au Top 10 des annonceurs en ligne.

chiffre du mois 78 %


Tel est le taux d'internautes américains passés à l'acte d'achat après avoir cliqué sur un e-mail. La répartition par canal de vente est la suivante : 68 % ont acheté en ligne, 59 % chez des détaillants, 39 % sur catalogues, 34 % via un centre d'appels et 20 % par courrier. Source : étude Consumer E-mail Study 2002, réalisée par Beyond Interactive et Greenfiels Online pour DoubleClick.

Nathalie Carmeni