Recherche

Human-Links : le Peer to Peer de mieux en mieux

Publié par le

N'en déplaise aux détracteurs de Napster ou Kazaa,la pratique du partage de ressources en ligne n'a pas dit son dernier mot. Amoweba, éditeur du logiciel Human-Links, annonce les dernières évolutions de sa Community.

  • Imprimer


Trois ans après son lancement, quelques déconvenues auprès des investisseurs de l'après-bulle, une longue phase de gestation portée par 12 000 bêta-testeurs et les rachats de Novadis et de Mapstan - l'un spécialiste en sciences cognitives, l'autre en cartographie d'information dynamique -, le moteur de recherche en Peer to Peer (d'égal à égal) Human-Links se positionne désormais comme un concept plus qu'abouti dans son domaine : la con-naissance et la recherche en ligne. Trois versions du moteur correspondant à autant de cibles d'utilisateurs (grand public, experts et organisations) sont aujourd'hui proposées au marché. Côté grand public, le moteur Human-Links Community, téléchargeable gratuitement, offre, en sus des options de recherche documentaire en Peer to Peer, la possibilité de soumettre des requêtes via le moteur de recherche d'Espotting. Parte-naire d'Amoweba, il placera ses liens publicitaires sur les pages de réponses de Human-Links. En accord avec les valeurs d'ouverture et de partage d'Amoweba, les revenus issus des visites générées auprès des annonceurs seront, en partie, reversés au site d'œuvres caritatives, labonneaction.com.

Du Peer to Peer en B to B


Côté professionnels et experts, les technologies de recherche d'Amoweba s'offrent de nouveaux débouchés dans les domaines de la veille stratégique, des études ou encore, en adaptant son moteur à la gestion des connaissances sur Intranet. Un important partenariat souscrit avec Valeo lui ayant permis d'asseoir sa notoriété sur le marché des grands comptes, Amoweba a développé de nouveaux services de pointe tels l'ergonomie cognitive, la cartographie des connaissances et la maîtrise de technologies Eye Tracking. Autant de compétences sui generis qui lui assurent une clientèle d'envergure (Schneider, Saint-Gobain, societe.com (Iliad) ou l'ESC Toulouse...). Proche de l'équilibre, Amoweba compte boucler l'exercice 2003 avec un chiffre d'affaires de 800 000 euros.

Nathalie Carmeni