Recherche

Fidèle au Net

Publié par le

La crise financière du secteur n'a pas eu raison de son enthousiasme des premiers surfs. Pionnière de l'économie internet et passionnée par ce média, la présidente de T-Online France est plus que jamais convaincue de son bel avenir.

  • Imprimer


Femme de flair et femme d'affaires. A défaut d'être une entrepreneuse, Marie-Christine Levet joue les virtuoses "intra-preneuses". Les sociétés qu'elle n'a pas bâties, elle les façonne, les modèle, de l'intérieur, au gré d'intuitions bien éclairées qu'elle aime suivre sans tergiverser entre l'idée et sa mise en oeuvre. « J'aime le travail en cycle court et la prise de décision rapide. » La fibre du décideur né pour diriger est flagrante. Alors, quoi de plus naturel, que de se retrouver, à 35 ans, P-dg de T-Online France ? Bien que l'idée d'occuper un poste de pouvoir ne figurait pas au premier rang de ses ambitions d'étudiante, il faut bien constater qu'elle n'a rien improvisé. Forgée au business jusqu'à la moelle, elle a suivi toutes les étapes réglementaires de l'ascension au rang de dirigeant : études de marketing à HEC, couronnées d'un MBA de l'Insead, puis d'un rodage au conseil chez Andersen où elle s'ennuie, « parce qu'on y tient un rôle de spectateur ». Son moteur à elle : l'aventure du tout à créer, tout à inventer en suivant, toujours, son intuition. Dès 1997, elle pressent la portée révolutionnaire d'Internet. A l'époque, abonnée à ce même fournisseur d'accès qu'elle dirige aujourd'hui, elle ne découvre pourtant qu'un média hybride, aux contenus mal aboutis, chahuté de ruptures des connexions aussi fréquentes que désastreuses. « Une véritable catastrophe, mais j'ai eu le coup de foudre ! » Puis le coup de bol : en surfant sur des sites de dépêches, elle découvre les projets d'implantation en Europe du moteur de recherche américain Lycos. La voilà frappée d'une intuition. Providentielle ! Le CV déposé sur le site de la société lui vaudra, quelques mois plus tard, le poste de directrice générale de la filiale française. De challenge en challenge, agissant sur tous les leviers marketing pour développer la notoriété de la marque Lycos, elle éponge sa soif de création des services, produits et contenus. Puis la guerre de la croissance, avec son lot d'acquisitions forcenées et de tensions qui pénalisent la prise de décision aura raison de son naturel bouillonnant : adieu Lycos et bonjour T-Online ! Ici, pas de flottements décisionnels. « Le plus frustrant, c'est plutôt de devoir freiner le lancement de nouveaux projets pour coller à une échelle des priorités. » Son challenge du moment : développer le haut débit et sa suite de services innovants qui, prophétise-t-elle, ne manqueront pas de faire décoller le Net. La dernière intuition est lâchée. Aux internautes de la confirmer.

Nathalie Carmeni

5 clés pour bien collaborer avec son CIO

5 clés pour bien collaborer avec son CIO

5 clés pour bien collaborer avec son CIO

À l'heure où les données règnent en maître au sein des directions marketing, les CMO font de plus en plus appel aux CIO pour "faire parler" [...]

Comment postuler aux offres d’emploi digital en 2017?

Article écrit par Digitalent

Digitalent

Comment postuler aux offres d’emploi digital en 2017?

Comment postuler aux offres d’emploi digital en 2017?

Comment postuler aux offres d'emploi du web ? Quel est le parcours le plus simple pour un candidat en quête d'opportunités de qualité dans le [...]

Adieu personas, bonjour IA !

Adieu personas, bonjour IA !

Adieu personas, bonjour IA !

Les personas, ces clients-types créés par les services marketing, vivent leurs dernières heures. Selon Venkat Nagaswamy, CEO de l'éditeur de [...]