Recherche

FAGUO SHOES A LA RENCONTRE DE SES SUPPORTERS

Publié par le

La marque de baskets urbaines a organisé une chasse aux QR codes dans les rues de Paris. L'objectif? Rapprocher sa communauté de fans des salariés de la jeune entreprise implantée dans la capitale.

  • Imprimer

 

LE BRIEF

1 Pas facile de connecter réel et virtuel quand on ne possède pas de boutique. Fabriquées en Chine, les baskets trendy et urbaines Faguo, «français» en mandarin, sont vendues en France dans 150 corners, aux Galeries Lafayette, au Printemps et sur des sites d'e-commerce (Sarenza.com, Spartoo.com, etc.). En trois ans, la marque créée en 2009 a su séduire une population férue de technologies et de réseaux sociaux. Plus de 31 800 fans sur Facebook et près de 1 300 followers sur Twitter suivent assidûment les actualités postées au quotidien par Faguo.

« L'essentiel de notre communication se concentre sur le Web et les réseaux sociaux, car nous voulons que nos clients mettent un visage sur notre marque », explique Nicolas Rohr, fondateur et cogérant de la marque. Pour fédérer sa communauté et la rapprocher physiquement de ses 11 salariés, Faguo a organisé, le 31 mars dernier, avec l'agence de marketing mobile BookBeo, une chasse au trésor 3.0 dans les rues de Paris. « L'idée était de créer une opération fun sur le thème de la chasse aux oeufs de Pâques », explique Damien Mutambayi, directeur commercial associé de l'agence BookBeo.

LA REPONSE

2 Baptisée la Faguo'Trésor, la chasse au trésor invitait les participants à retrouver 92 QR codes cachés dans les rues des IIe et IIIe arrondissements de Paris, près du siège social. « Nous souhaitions faire découvrir le quotidien de notre entreprise, explique Nicolas Rohr. Organiser ce genre d'événement dans un périmètre réduit favorise l'interaction entre les joueurs. » Pour attirer les participants, la marque de chaussures a mené, un mois avant l'événement, une vaste opération de teasing auprès des journalistes. Quinze jours avant le jour J, le buzz avait déjà envahi les réseaux sociaux. « Notre vidéo de teasing a enregistré plus de 4 000 vues sur YouTube », se félicite Nicolas Rohr. Pour élargir le spectre des participants, Faguo a fait appel à une soixantaine d'ambassadeurs (blogueurs, magasins revendeurs, entrepreneurs...). Chacun d'entre eux a choisi un QR code et en a fait la promotion sur son réseau social, les semaines précédant la Faguo Trésor. « Ils devaient aider les futurs joueurs à trouver l'emplacement de leur QR code en postant des indices sur leur fi l Twitter ou leur fan page », explique Nicolas Rohr. Les participants pouvaient aussi se connecter sur la fan page Facebook de la marque ou sur Twitter (#FAGUOShoes) pour découvrir de nouveaux indices sur la localisation des QR codes.

Les internautes ont ensuite dû attendre midi, le jour J, pour télécharger l'appli BookBeo permettant de flasher les codes. Près de 400 joueurs ont alors investi les rues parisiennes pour participer à cette course contre la montre. Une fois le premier code flashé, le joueur accédait à une carte virtuelle indiquant l'emplacement des autres codes. « Nous nous sommes appuyés sur le principe de géolocalisation via Google Maps, explique Damien Mutambayi. La carte définissait un périmètre de quelques mètres carrés autour de chaque QR code. »

Le jeu de piste s'est terminé à 17 h devant les bureaux de Faguo, où un code géant était installé. En le flashant, les joueurs pouvaient tenter de gagner, par tirage au sort, un voyage pour deux en Europe. De plus, la toute première personne à flasher un QR code remportait une paire de baskets Faguo, tandis que celle qui flashait le plus grand nombre de codes durant la chasse au trésor se voyait offrir par les ambassadeurs un panier de cadeaux d'une valeur de 1 000 euros. Les organisateurs ont conclu la journée par un apéritif, propice aux échanges avec sa communauté de fans.

Pour ne pas priver ses fans de province, Faguo a prolongé l'expérience le lendemain avec une chasse 100 % on line. « Nous avons caché quatre QR Codes sur notre site et notre fan page, ainsi que sur ceux de l'agence BookBeo », précise Nicolas Rohr. Là encore, un tirage au sort a permis aux joueurs de remporter des paires de baskets.

LES RESULTATS

3 Forte du succès de cette première édition - le nombre de 650 participants a été atteint (400 à Paris et 250 en province) -, la marque envisage de développer le concept de la Faguo Trésor en province. « Si nous devions réitérer l'expérience, nous la boosterions avec plus de suspense », explique Nicolas Rohr. Le jeune entrepreneur se félicite de cet événement, qui n'a pas séduit que des geeks et s'est déroulé dans « une ambiance cool, à l'image de Faguo ». Par ailleurs, la logique du périmètre réduit à deux arrondissements a bien fonctionné. Nicolas Rohr se réjouit: « Les joueurs se sont beaucoup croisés dans les rues, ce qui a renforcé l'interaction entre les membres de notre communauté. »

POINTS-CLES

* 400 JOUEURS DANS LES RUES PARISIENNES.
* 250 PARTICIPANTS EN PROVINCE.
* 300 EUROS DE FRAIS D'IMPRESSION DES CODES.
* 100 QR CODES.
* 100 PAIRES DE BASKETS GAGNEES.

Astrid de Montbeillard

Kiabi à la conquête de Paris

Kiabi à la conquête de Paris

Kiabi à la conquête de Paris

De retour dans la capitale, le pop up store parisien de Kiabi vient d'ouvrir ce vendredi 25 novembre 2016. Objectif ? S'implanter de façon plus [...]

Décret sur la publicité digitale : l'UDA s'impatiente

Décret sur la publicité digitale : l'UDA s'impatiente

Décret sur la publicité digitale : l'UDA s'impatiente

L'Union Des Annonceurs interpelle le gouvernement sur la publication du décret sur la transparence dans le marché de la publicité en ligne attendu [...]

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

Tirer le meilleur parti de la donnée pour offrir au consommateur une expérience inédite, automatiser les actions marketing dans une dimension [...]

La Poste personnalise ses créas grâce à la data

La Poste personnalise ses créas grâce à la data

La Poste personnalise ses créas grâce à la data

Pour sa campagne " Côté Pro ", La Poste s'est appuyée sur les techniques de DCO (Dynamic Creative Optimization). Avec un but : traduire la granularité [...]