Recherche

Eric Laffont. L'appel de l'agence

Publié par le

De l'annonceur à l'agence, tel est le parcours d'Eric Laffont, qui vient d'être nommé directeur général de Wunderman. Faire en sorte que son agenda soit “excitant” est son moteur.

  • Imprimer


« Tout ce que je sais sur le marketing, je l'ai appris pendant les deux premières années. » Eric Laffont se souvient de son VSNE (coopération) chez Peugeot Allemagne, à Sarrebruck et de « l'école fabuleuse » qu'a représentée ensuite Peugeot. Dans un souci d'élargir son horizon, il rejoint le cabinet de conseil McKinsey, après un an passé à l'Insead. S'il y apprend à travailler, à être efficace, à manager une équipe mais aussi la force d'un réseau, il y découvre également ses limites : limite à sa capacité de travail et frontière entre équilibre personnel et professionnel. Travaillant la moitié de son temps pour le secteur automobile, il réalise une mission de réorganisation chez Fiat. Il prend alors un poste de management chez le constructeur, où il occupe le poste de directeur marketing pour les marques Fiat et Lancia. A l'époque, la période est très noire pour Fiat Auto : l'entreprise vient de perdre la moitié de sa part de marché en sept-huit ans. L'organisation, taillée à la serpe, n'a pas appris à vivre dans sa nouvelle configuration. Cette expérience « très enrichissante », selon ses propres termes, lui fait découvrir un pan du marketing qu'il connaissait moins : la communication. Il a envie d'y travailler et identifie un secteur où l'on peut commencer à inaugurer un nouveau mode de relation entre agences et annonceurs : le marketing relationnel et le CRM. Il intègre Wunderman en avril 2005 sur l'un des trois plus gros comptes de l'agence, Ford. L'agence cherchait quelqu'un qui avait une connaissance profonde du secteur automobile. C'était lui. « Il y a une vraie noblesse à vendre un service de qualité », estime-t-il. Ce qu'il aime en agence : l'ambiance des veilles de présentation, la variété des sujets, être dans l'intimité des décideurs… Son moteur : l'excitation. « J'ai les leviers en main pour que mon agenda ainsi que celui de mes équipes soit intéressant. »

Parcours

38 ans, diplômé de l'Essec et de l'Insead. Un fils de 5 ans. 1991 : VSNE chez Peugeot Allemagne, puis chef de secteur dans le sud-ouest de la France. 1993 : revient au siège de Peugeot à la direction centrale du marketing, puis chef de projet. 1998 : Insead. 1999 : consultant senior chez McKinsey & Company. 2003 : directeur marketing pour les marques Fiat et Lancia chez Fiat Auto. Avril 2005 : directeur commercial chez Wunderman pour le compte Ford. 1er septembre 2005 : directeur général de Wunderman

Sophie Mensior (portrait) et Yveline Couteux (mouvements)

Sylvain Laffont, nouveau directeur de CrazyOnes

Sylvain Laffont, nouveau directeur de CrazyOnes

Sylvain Laffont, nouveau directeur de CrazyOnes Sylvain Laffont, nouveau directeur de CrazyOnes

CrazyOnes, agence de conseil en stratégie en stratégie digitale appartenant au groupe Add Online, est désormais dirigée par Sylvain Laffont.

Isobar et eCommera lancent "Brand Commerce"

Isobar et eCommera lancent "Brand Commerce"

Isobar et eCommera lancent "Brand Commerce"

L'agence Isobar s'attaque à la vente en ligne à travers sa nouvelle plateforme "Brand Commerce", qui propose un service complet, rassemblant [...]

Retour sur les campagnes primées aux Effie Awards 2016

Retour sur les campagnes primées aux Effie Awards 2016

Retour sur les campagnes primées aux Effie Awards 2016

Lundi 21 novembre avait lieu la 23ème édition des Effies Awards récompensant l'efficacité publicitaire. Le grand prix Effie 2016 a été décerné [...]

7 campagnes d'affichage digital innovantes

7 campagnes d'affichage digital innovantes

7 campagnes d'affichage digital innovantes

Le média affichage se réinvente en permanence grâce au digital. Tour du monde des meilleures campagnes Digital Out Of Home, sélectionnées par [...]

Condamnation de Biocoop: militantisme ou arrogance?

Condamnation de Biocoop: militantisme ou arrogance?

Condamnation de Biocoop: militantisme ou arrogance?

Si certains ont pointé du doigt la supposée influence des lobbies, la profession plaide l'application de la législation sur la publicité comparative. [...]