Recherche

Eric Frémont,Polyglotte paneuropéen

Publié par le

Ses rencontres ont façonné son parcours. Celui qui déclare privilégier la qualité de la relation humaine aborde une nouvelle mission : faire d'Everest un acteur incontournable des grosses compétitions et optimiser le partenariat avec Carlson Marketing Group.

  • Imprimer


C'est en Italie, où il est le premier Français à étudier à la faculté de Modène, qu'il découvre dans les années 82-83 la télévision commerciale, le marketing et le sponsoring télévisé. De retour en France, il cherche à intégrer une agence qui s'approche de cet univers et entre chez Cato Johnson comme chef de publicité. Il y apprend son métier de façon «très basique» et, en travaillant sur le budget du groupe ADT (Aude de Thuin), il découvre le marketing direct, la VPC, la VAD… Puis il suit Luc Laurentin, qui monte une agence de communication globale, Yves Alexandre Conseil, où il rencontre Catherine Marcilhacy qui lui apprend les bases du métier. Un passage chez Pierre & Vacances lui permet de réaliser qu'il n'est pas fait pour le travail chez l'annonceur. Il intègre alors Opéra Direct et fait de nouveau une rencontre «fondamentale», Claude Charles. Avec lui, il découvre les bases de données, l'analyse décisionnelle. «C'est un des précurseurs du CRM», estime-t-il. Puis encore une « rencontre merveilleuse », celle de Jacques Bouey et de Frédéric Martin (ex-Blue Moon), avec qui il embarque pour l'aventure Proximity BBDO pour cinq ans et demi. « J'ai tout donné à Proximity BBDO et Proximity BBDO m'a tout donné », explique-t-il. Fin de l'aventure en mai 2004. Dans le moulin qu'il possède dans les Vosges, il se donne trois mois pour réfléchir. C'est alors la rencontre avec Eric Mesnil, le patron d'Everest, qui souhaite donner un nouvel élan à son agence et optimiser son partenariat avec Carlson Marketing Group. Il accepte la proposition. Son ouverture très paneuropéenne n'est sûrement pas étrangère à sa nouvelle décision. Eric Frémont parle couramment italien, espagnol, très bien l'allemand, a de bonnes connaissances du néerlandais et du portugais. Dialectophone (alsacien et mosellan), il vient même de se lancer dans le turc….

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Article écrit par Channable

Channable

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Le nombre de marketplaces actives en France ne cesse d’augmenter, tout comme le volume de ventes qui y sont réalisées. Aujourd’hui, on estime [...]