Recherche

Dr Media et Mr Vallaud

Publié par le

Le directeur des études et de la prospective de D interactive a une double vie. Le jour, il scrute les bases de données, la nuit, il lit ou joue à la PlayStation.

  • Imprimer


Pour le voir, il vaut mieux aimer la cuisine japonaise, il en est friand. Thierry Vallaud, expert reconnu en matière de médiaplanning et d'études, ne ressemble pas à son titre. On s'en aperçoit en arrivant devant son poste de travail : son économiseur d'écran, c'est celui du SETI, cette organisation qui fédère des milliers d'ordinateurs à la recherche d'une intelligence extra-terrestre. « Je suis un des plus anciens Français à en faire partie », précise-t-il. Il ne croit pas vraiment qu'il trouvera un jour E.T., mais l'idée le séduit. Cet enfant unique se définit comme un bon élève le jour, et un noctambule la nuit. Quand sa mère, s'apercevant qu'il n'avait rien fait pendant son année de première, l'inscrit en terminale au lycée mixte Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus, à Quimper, il se retrouve seul garçon au milieu de 24 filles. Un bac empoché avec mention passable, mais avec un 18 en français, il arrive à Rennes, pour préparer un BTS d'Info-com. Il y apprend le marketing le jour. Logeant dans la rue de Saint-Malo, surnommée la rue de la Soif, il découvre le Rennes des années 80. Les boîtes de nuit, les groupes et les chanteurs mythiques : Marquis de Sade, Niagara, Etienne Daho. Il reste fidèle à son éthique : étudiant appliqué jusqu'à 23 heures 30, puis sortie jusqu'à 3 heures du matin, et cours à 9 heures. Licence et maîtrise en poche, ce Breton qui déteste la campagne mais qui a acheté une maison à Quimper, « pour (ma) mère », monte à Paris à la fin des années 80. Il y travaille pour le groupe NRJ, montant des franchises en Bretagne. La nuit, c'est le Palace, le Privilège, La Piscine, l'ouverture des Folies Pigalle. Il y rencontre sa future femme, Catherine. Ils se marieront en 2000. Iconoclastes, ils voulaient que leurs enfants soient assez grands pour porter la robe de mariée à l'église. Il fait la connaissance de Serge Lachaud et de Jean-Louis Croquet chez Novamédias et Motivaction. Des rencontres qui lui donnent le goût des études et du médiaplanning, domaines dont il ne sortira jamais. Il passe un DEA d'Info-com et se spécialise dans un domaine encore peu connu, le data mining. Puis, c'est le département Etudes du groupe Emap avec Carole Fagot. Il monte des produits comme Mediascann et Scan Planning avec ACNielsen et se spécialise sur la relation entre les achats et l'exposition médias. Parallèlement, il passe quelques diplômes : MBA à Chicago, doctorat en Business Administration aux USA. Au cours d'une mission pour Unilever, un projet d'intégration des données scanning, il rencontre Sylvain Forestier. Celui-ci voulait créer une mégabase de données comportementales, à partir de la base de données d'"A Vos Marques". L'affaire ne se fera pas, mais il appréciera l'homme. Comme souvent dans sa vie, c'est par un choix humain, parce qu'il aime les gens, qu'il décide d'entrer chez D interactive. Il y crée le département Etudes. Cet homme qui travaillait bien sans aimer les études se reconnaît le talent de la pédagogie. Il aime former, même si, précise-t-il, il a « un caractère un peu difficile. Je suis exigeant. En fait, je pense comme je parle. Si quelqu'un m'agace, je n'hésite pas à le lui dire ». Depuis qu'il s'est marié, il ne sort plus, mais, comme il dort peu, il remplace le "night clubbing" par la lecture. Et sa bibliothèque, presque uniquement orientée sur le data mining et le médiaplanning, est composée de plus de 7 000 ouvrages. Sinon, il joue à la PlayStation avec ses enfants, Félix et Lucas. Aujourd'hui, le fêtard rangé fait des recherches sur les médias du hors-médias ou encore sur le médiaplanning multimédia. « Je ne sais faire que ça », conclue-t-il.

Parcours


38 ans, marié, deux enfants. Doctorat in Business and Administration ISM, DEA en marketing à Lille, MBA en marketing (St Xavier, Chicago, USA), maîtrise et licence d'Info-com. Il commence sa vie active comme chargé d'études junior à NRJ. En 1998, il devient chargé d'études à Novamédias et Motivaction sur les études télévision. Au début des années 90, il entre dans le groupe Emap/Editions Mondiales, chargé des études publicitaires et du médiaplanning. En 1995, il réalise une mission pour Unilever sur l'intégration des données scanning dans les systèmes d'information marketing et médias. Depuis août 1995, il est responsable des Etudes au sein du groupe D interactive.

Olivier Brusset

Calendrier de l'Avent du marketer: mobilegeddon (J-15)

Calendrier de l'Avent du marketer: mobilegeddon (J-15)

Calendrier de l'Avent du marketer: mobilegeddon (J-15) Calendrier de l'Avent du marketer: mobilegeddon (J-15)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16)

Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16)

Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Les chatbots : avenir du service client ?

Les chatbots : avenir du service client ?

Les chatbots : avenir du service client ?

71% des consommateurs américains souhaitent être capables de résoudre par leurs propres moyens, les problèmes relatifs à une commande, plutôt [...]

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Quels ont été les métiers, compétences et technologies les plus demandés en 2016 ? Découvrez en infographie l'état des lieux de toutes les évolutions [...]