Recherche

Données personnelles sur Internet : oui, mai...

Publié par le

C'est une première que viennent de réaliser Ipsos-Médiangles et Emap France en interrogeant les internautes français sur la protection des données personnelles sur Internet. Modérément méfiants, favorables à une vraie réglementation, ces derniers sont néanmoins prêts à jouer le jeu. Mais pas dans tous les domaines.

  • Imprimer


Premier constat : 63 % des internautes français ont déjà eu l'occasion de communiquer volontairement des données personnelles sur Internet. Que ce soit en laissant leur adresse e-mail sur un site (61 %) ou en répondant à un questionnaire en ligne (45 %). Ils savent, dans leur grande majorité (81 %) que leur ordinateur communique automatiquement des données aux sites qu'ils visitent. En revanche, ils connaissent mal la nature de ces données : 62 % en connaissent spontanément au moins une ; 53 % citent l'identité de l'ordinateur et de son utilisateur, 28 % les habitudes de connexion aux sites visité... Une bonne moitié des internautes (52 %) a déjà reçu des e-mails non désirés. Un taux qui s'élève à 57 % pour ceux qui ont déjà communiqué des données personnelles. Parmi ceux qui ont reçu ces e-mails non désirés, ils ne sont que 13 % à les trouver "systématiquement indésirables" ; une majorité (60 %) les trouvant "juste gênants".

MÉFIANTS, MAIS MODÉRÉMENT


D'une manière générale, les internautes pensent qu'ils ne sont pas suffisamment informés par les sites sur leurs règles de conduite en matière d'exploitation des données personnelles (60 %). Et une moitié d'entre eux estime que les sites ne sont pas suffisamment clairs sur l'utilisation de ces données ; 50 % n'ayant d'ailleurs pas confiance dans les sites pour le respect de la confidentialité en ce domaine. Néanmoins, l'étude Ipsos-Médiangles Emap indique que 62 % d'entre eux pensent qu'Internet n'est pas trop pollué par une utilisation abusive des données personnelles et que 55 % trouvent que les sites font des progrès dans les règles qu'ils se donnent pour respecter les données personnelles. Quels sont alors les moyens les plus efficaces pour rassurer les internautes français ? Réponse de l'étude : la pédagogie (explications de la nature des informations communiquées par l'ordinateur, de l'utilisation par les sites des données recueillie...), la possibilité d'avoir un droit de sortie avec confirmation par mail et la régulation par les autorités officielles constituent les plus fortement rassurants. Les deux derniers moyens ressortant d'ailleurs en tête (et la régulation en premier) "s'il ne fallait en retenir qu'un". A la différence des Américains, les internautes français font avant tout confiance à un texte de loi pour réglementer l'utilisation des données personnelles : 75 % d'entre eux contre 25 % qui font confiance à l'autorégulation des acteurs d'Internet. Outre-Atlantique, ce sont 60 % des internautes qui font confiance aux acteurs (source : PR Newswire 99). Pour donner envie aux internautes français de répondre à un questionnaire en ligne, l'étude Ipsos-Médiangles Emap montre que les promesses ludiques ou éditoriales, ainsi que le volontariat sont nettement préférés à des contextes promotionnels, commerciaux ou "autoritaires".

DES DIFFÉRENCES SELON LES TYPES DE SITE


Les contextes favorisant l'envie de répondre à un questionnaire en ligne varient suivant que le site est marchand ou relève d'une marque ou d'une entreprise. "Sur les sites marchands, révèle l'étude, le volontariat et les contextes d'abonnement à des newsletters, d'offre promotionnelle, d'inscription à un club ou d'acte d'achat sont plus favorables pour donner envie aux internautes de répondre. Pour les sites de marques, le volontariat et les contextes d'abonnement à une newsletter ou d'inscription à un club sont plus favorables." Toujours au niveau de l'envie de répondre à un questionnaire en ligne, on constate par ailleurs que les sites à centres d'intérêt thématiques, ceux des médias audiovisuels, d'entreprises ou de marque... - des "sites bénéficiant d'un ancrage externe au Web", constate l'étude - donnent davantage envie que les autres sites. Dernières révélations de cette étude : le type d'informations que les internautes français sont prêts à donner dans un questionnaire en ligne. Sans surprise, les plus facilement communicables sont les critères socio-démographiques, suivis des habitudes de consommation, des loisir... Sont considérées comme les données les plus sensibles : les revenus, les produits d'épargne, les cartes bancaires et l'opinion politique. Enfin, et il s'agit là d'une bonne nouvelle pour le marketing direct : les internautes français sont prêts à communiquer leur e-mail (à 70 %) et leur adresse postale (à 62 %). De quoi constituer, avec leur accord, des fichiers à un coût pour le moins abordable.

Méthodologie


Etude réalisée par Ipsos-Médiangles et Emap France. 300 internautes français interrogés par téléphone en mars 2000. Plan de sondage établi sur la base des individus et échantillon construit selon la méthode des quotas sur des critères socio-démographiques (sexe, âge, PCS, région) et de pratiques d'Internet (ancienneté, fréquence, type d'accès, achat en ligne).

François Rouffiac

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

La société d'études média combine des données user-centric et site-centric pour mieux appréhender l'Audience Internet Mobile qui représentait [...]

Qui vole vos données personnelles ?

Qui vole vos données personnelles ?

Qui vole vos données personnelles ?

Mis à part les hackers, qui est susceptible de voler les données personnelles de vos clients ?

Données personnelles : le paradoxe français

Données personnelles : le paradoxe français

Données personnelles : le paradoxe français

Malgré une crainte diffuse sur l'utilisation de leurs données personnelles, les Français ne modifient pas leurs comportements, selon le baromètre [...]

Mobile & Data : une question de confiance

Mobile & Data : une question de confiance

Mobile & Data : une question de confiance

Les mobinautes attendent des marques une plus grande transparence quant à l'utilisation de leurs données personnelles. Un enjeu juridique, mais [...]