Recherche

Données erronées : 150 000 euros perdus chaque année

Publié par le

La troisième édition du Livre Blanc de QAS pointe les coûts réels engendrés par les données non qualitatives utilisées lors de campagnes B to B. Ce montant serait vingt fois supérieur à l'estimation des entreprises.

  • Imprimer


QAS, éditeur de solutions de restructuration, normalisation et validation postale, a dévoilé son troisième Livre Blanc. Après avoir relevé des déficiences au sein des sociétés en termes de connaissance client (exhaustivité et pertinence des informations clients) et de qualité des données (exhaustivité et propreté des données, enrichissement des fichiers, mise à jour des informations), la société lève le voile sur les coûts cachés liés à une gestion des données insuffisantes. Cette étude a été réalisée par l'institut Dynamic Markets en juin 2006 à partir de 800 entretiens téléphoniques effectués dans le monde (États-Unis, Royaume-Uni, Espagne, Scandinavie, Allemagne, France, Benelux, zone Asie Pacifique). La moitié des répondants sont des professionnels B to B ouvrant eux-mêmes leurs courriers, les autres étant des data managers ou responsables de la qualité des bases de données.

9 mailings mal ciblés par jour

A l'issue de cette enquête, le constat est peu encourageant : une grande quantité des mailings B to B finissent dans une corbeille à papier, car les informations utilisées sont périmées pour cause de déménagement d'une entreprise, changement de fonction, départ et remplacement, ou simplement un mauvais ciblage. 89 % des professionnels interrogés déclarent recevoir des courriers indésirables, chacun recueillant 9 mailings mal ciblés par jour (dont 25 par mois destinés à leurs prédécesseurs). En France, cette moyenne explose pour atteindre 22 lettres indésirables par jour. Toutefois, 43 % des entreprises de l'ensemble du panel déclarent recevoir moins de 6 mailings indésirables quotidiennement. Enfin, 80 % des courriers non sollicités sont directement jetés plutôt que d'être renvoyés en NPAI. Par ailleurs, 5 % seulement sont retournés à l'expéditeur. De plus, dans quatre des huit zones étudiées, le taux de retour des plis est inférieur à 3 %. Aux États-Unis, en revanche, il atteint 18 %. Dynamic Markets évalue ainsi un coût réel imputé aux données erronées vingt fois plus important que l'estimation initiale des entreprises, passant de 7 600 euros à 150 000 euros par an, en moyenne.

Samir Azzemou

Data Marketing : collecter la bonne donnée

Data Marketing : collecter la bonne donnée

Data Marketing : collecter la bonne donnée Data Marketing : collecter la bonne donnée

Des millions de données on et off line sont à la disposition des marketeurs et leur collecte est devenu un enjeu majeur pour les entreprises. [...]

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

Tirer le meilleur parti de la donnée pour offrir au consommateur une expérience inédite, automatiser les actions marketing dans une dimension [...]

Salesforce intègre la vidéo à ses offres

Salesforce intègre la vidéo à ses offres

Salesforce intègre la vidéo à ses offres

L'expert du CRM Salesforce annonce intégrer à ses offres, en version beta, les fonctionnalités vidéo du spécialiste de l'hébergement et de la [...]

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

La société d'études média combine des données user-centric et site-centric pour mieux appréhender l'Audience Internet Mobile qui représentait [...]

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Partager la compréhension et le traitement de la donnée à l'ensemble des métiers de l'entreprise. La démarche, data-driven, a beaucoup à apporter [...]