Données erronées : 150 000 euros perdus chaque année

Publié par le

La troisième édition du Livre Blanc de QAS pointe les coûts réels engendrés par les données non qualitatives utilisées lors de campagnes B to B. Ce montant serait vingt fois supérieur à l'estimation des entreprises.

  • Imprimer


QAS, éditeur de solutions de restructuration, normalisation et validation postale, a dévoilé son troisième Livre Blanc. Après avoir relevé des déficiences au sein des sociétés en termes de connaissance client (exhaustivité et pertinence des informations clients) et de qualité des données (exhaustivité et propreté des données, enrichissement des fichiers, mise à jour des informations), la société lève le voile sur les coûts cachés liés à une gestion des données insuffisantes. Cette étude a été réalisée par l'institut Dynamic Markets en juin 2006 à partir de 800 entretiens téléphoniques effectués dans le monde (États-Unis, Royaume-Uni, Espagne, Scandinavie, Allemagne, France, Benelux, zone Asie Pacifique). La moitié des répondants sont des professionnels B to B ouvrant eux-mêmes leurs courriers, les autres étant des data managers ou responsables de la qualité des bases de données.

9 mailings mal ciblés par jour

A l'issue de cette enquête, le constat est peu encourageant : une grande quantité des mailings B to B finissent dans une corbeille à papier, car les informations utilisées sont périmées pour cause de déménagement d'une entreprise, changement de fonction, départ et remplacement, ou simplement un mauvais ciblage. 89 % des professionnels interrogés déclarent recevoir des courriers indésirables, chacun recueillant 9 mailings mal ciblés par jour (dont 25 par mois destinés à leurs prédécesseurs). En France, cette moyenne explose pour atteindre 22 lettres indésirables par jour. Toutefois, 43 % des entreprises de l'ensemble du panel déclarent recevoir moins de 6 mailings indésirables quotidiennement. Enfin, 80 % des courriers non sollicités sont directement jetés plutôt que d'être renvoyés en NPAI. Par ailleurs, 5 % seulement sont retournés à l'expéditeur. De plus, dans quatre des huit zones étudiées, le taux de retour des plis est inférieur à 3 %. Aux États-Unis, en revanche, il atteint 18 %. Dynamic Markets évalue ainsi un coût réel imputé aux données erronées vingt fois plus important que l'estimation initiale des entreprises, passant de 7 600 euros à 150 000 euros par an, en moyenne.

Samir Azzemou

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

L'intelligence artificielle bouscule l'expérience client
Data
L'intelligence artificielle bouscule l'expérience client

L'intelligence artificielle bouscule l'expérience client

Par Floriane Salgues

L'intelligence artificielle a fait son entrée dans la cour de l'expérience client, avec une promesse : optimiser les actions les plus routinières. [...]

RGPD : démêlez le vrai du faux
Data
RGPD : démêlez le vrai du faux
https://www.vectaury.io/fr/blog/mythe-ou-r%C3%A9alit%C3%A9

RGPD : démêlez le vrai du faux

Par Stéphane Guillard

Depuis plusieurs mois maintenant, le Règlement général sur la protection des données alimente toutes les conversations des acteurs de la data. [...]

Les bonnes pratiques de l'A/B testing
Data
Cabestan
Les bonnes pratiques de l'A/B testing

Les bonnes pratiques de l'A/B testing

Par Cabestan via Marketme

L'évaluation des retombées de vos campagnes emails est essentielle pour valider ou optimiser la pertinence de vos messages. L'A/B testing permet [...]

Les 3 piliers du marketing conversationnel
Data
Cabestan
Les 3 piliers du marketing conversationnel

Les 3 piliers du marketing conversationnel

Par Cabestan via Marketme

Le développement de la data et le recentrage sur les stratégies customer-centric pose un nouvel impératif : celui de (re)créer du sens en mettant [...]