Recherche

Dinosaure - caméléon

Publié par le

Vendeur dans l'âme - c'était le meilleur vendeur de timbres de son école -, surnommé "dinoléon" (dinosaure-caméléon), Patrick Visier a su exploiter ses chances et son sens de l'adaptation.

  • Imprimer


«Cela fait 45 jours d'affilée que je travaille... » Mais, pour celui qui a commencé à travailler à l'âge de 17 ans dans la restauration - il a arrêté ses études en première - cette situation ne semble pas trop difficile à supporter. Débutant comme "commis débarrasseur", pour devenir ensuite chef de rang au Grand Hôtel du Casino de Divonne les Bains, le mentonnais Patrick Visier y apprend que l'on peut toujours travailler plus. Et, qu'en s'occupant bien de ses clients, on peut aussi gagner beaucoup plus. « A 17 ans, je gagnais trois plus que le Smic », se souvient-il. Après la restauration se succède une série de petits boulots, au hasard desquels il découvre l'imprimerie de labeur comme typographe. Puis, c'est mai 1968, « une fête très communautaire ». Il découvre un métier sans diplôme : la vente, où il est payé au pourcentage. Il s'y retrouve vendeur d'assurance-vie, puis vendeur d'une encyclopédie sur la sexualité où il apprend sa première leçon de marketing... en repositionnant le produit pour mieux le vendre ! En 1973, nouveau tournant dans sa vie : il intègre une société qui vend des brochures de CV, tous datés et ventilés par catégorie socioprofessionnelle. Sur dix vendeurs, il réalise 32 % du chiffre d'affaires en quatre mois. Comment ? En prenant des rendez-vous par téléphone, méthode peu répandue à l'époque. Et ce, grâce à l'aide d'une amie, dont le père était installateur téléphonique. Il y découvre la gestion de fichiers. Arrive le premier choc pétrolier. L'entreprise est balayée. Il en tire une autre leçon : ne pas travailler au sein d'une socié-té, dont l'activité est liée à la conjoncture. C'est alors la rencontre avec un ancien d'IBM, qui avait besoin de prendre des rendez-vous par téléphone. Patrick Visier développe une activité de télémarketing et monte parallèlement un cours de formation. A la suite de divergences, il monte sa société. Une amie lui prête 50 000 francs et il lance, en 1977, DPV International qui proposait deux produits : la formation et le télémarketing. Deux ans plus tard, il se fait un peu peur, en raison du départ d'un gros client. Ressentant le besoin de se diversifier, il crée un fichier téléphonique pour les commerciaux, un produit qui prend le nom "Qui décide", qui sera divisé ensuite en deux éditions : une pour la région parisienne et une pour la région Rhône-Alpes. Il crée également sa propre société informatique. Tout va alors très vite, la société grossit : en dix ans, le chiffre d'affaires est porté à 52 MF. Patrick Visier écrit un livre, crée un salon... mais, revers de la médaille, il perd son inspiration. Après 24 propositions de rachat, il cède son affaire à Jean-Paul Devai et s'en va lors de la revente de Syscall qui formera Matrixx avec Phone Marketing. En 1990, il se lance dans une autre aventure et monte un centre de séminaires qui ouvre au plus mauvais moment (la guerre du Golf), et n'est pas très bien situé (à Argenteuil). C'est l'échec et le premier acte de gestion consiste à déposer le bilan. « J'y ai appris l'humilité », commente-t-il. Puis fin 1992, il quitte l'aventure et décide de retourner vers le marketing direct. Il s'aperçoit alors que la marque DPV n'avait pas été déposée par Sysmark, ce qu'il entreprend de faire. Et, le 21 juin 1993, relance DPV, au 24, rue Morère dans le 14e arrondissement... dans les locaux mêmes de son ancien siège. Activité : fichiers B to B et informatique. La société redémarre petit à petit, puis passe à la vitesse supérieure (15 MF de CA en 2000). Quand il en trouve le temps, Patrick Visier aime lire des romans policiers ou regarder des matchs de foot. Mais surtout, avec sa deuxième épouse, Elaine Kibaro, il quitte sa casquette marketing direct pour rejoindre le monde du spectacle. Chanteuse, auteur d'ouvrages et de méthodes autour du verbe et de la parole, elle vient de se produire au Casino de Paris. S'il s'occupe de sa communication - il a monté une société de VPC pour sa production - il s'interdit cependant d'intervenir sur le côté artistique...

Parcours


53 ans, trois enfants. 1977 : création de DPV International. 1990 : monte un centre de séminaires. 1993 : relancement de DPV. 1995 : rachat de Servitix. 1999 : création de Conso Lists. Président de la commission études et technologies du SNCD. Ancien secrétaire général du Syndicat du Marketing téléphonique, et ancien secrétaire général des Dirigeants Commerciaux de France.

Sophie Mensior

Shopping augmenté: quelles sont les tendances?

Shopping augmenté: quelles sont les tendances?

Shopping augmenté: quelles sont les tendances?

Oney, banque et filiale du groupe Auchan, publie avec l'institut CSA, une étude sur les tendances et l'évolution du parcours d'achat des Français [...]

Streaming Data, l'offre en temps réel d'AppNexus

Streaming Data, l'offre en temps réel d'AppNexus

Streaming Data, l'offre en temps réel d'AppNexus

En permettant aux acheteurs et aux vendeurs d'ajuster leurs investissements publicitaires en temps réel grâce à sa nouvelle offre Streaming [...]

Le marketing multicanal

Le marketing multicanal

Le marketing multicanal

Le marketing multicanal permet de développer les contacts avec les clients au moyen de canaux off et online. Ils sont aussi bien des canaux [...]

Le vendeur connecté, entre mythes et réalité

Le vendeur connecté, entre mythes et réalité

Le vendeur connecté, entre mythes et réalité

Loyalty Company lance le 2ème tome de sa série de livres blancs consacrés au commerce connecté. A l'heure des magasins digitalisés, les vendeurs [...]

Mobile World Congress

Mobile World Congress

Mobile World Congress

Dédié à l'industrie du mobile et organisé par la GSM, association regroupant des industriels & opérateurs du secteur, ce congrès rassemblera [...]