Recherche

Dépenses de communication 2003 : toujours le hors-médias…

Publié par le

Sans surprise, la reprise des investissements publicitaires n'a pas été au rendez-vous en 2003. En revanche, le hors-médias a continué de progresser, tirant, une fois de plus, le marché global de la communication en France.

  • Imprimer


Avec près de 1,6 % de croissance, le marché 2003 des dépenses en communication des annonceurs français a atteint un montant de 29 748 millions d'euros. Une progression du double de celle de l'année précédente (+ 0,8 %), mais qui, une nouvelle fois, cache des disparités entre les deux grandes “masses”. Tandis que les “grands médias” (10 434 Me) étaient quasi stables (+ 0,34 %), après deux années de baisse (- 5 % en 2001, - 0,42 % en 2002), le hors-médias (19 314 Me) poursuivait sa progression, à 2,8 %, contre + 1,2 % en 2002. Ce qui lui permet d'atteindre pratiquement les 65 % de parts du marché total. Au sein des “grands médias”, seules la télévision, qui poursuit son redressement (+ 3 %), et la radio (+ 4,3 %), toujours favorisée en période de moindre activité économique, ont connu des évolutions positives. Tous les autres médias étant en négatif, et en particulier le cinéma (-13 %) et l'affichage (- 2,8 %). En ce qui concerne les dépenses hors-médias, si l'on met de côté les + 32 % enregistrés par l'achat d'espace sur Internet, classé par France Pub dans cette catégorie, ce sont les annuaires, imprimés et électroniques, qui remportent la palme de la croissance 2003, avec + 4,6 %. La promotion des ventes a progressé un peu plus vite que le marché en général, mais moins que celui du hors-médias ; la publicité par l'événement a été quasi stable, tandis que les relations publiques étaient la seule technique en baisse. Quant au Marketing Direct, toujours largement premier moyen de communication des entreprises, avec 32,4 % de leurs dépenses, il a davantage progressé que le hors-médias dans son ensemble, avec plus de 3 % de croissance, un taux équivalent à celui de 2001. Une croissance principalement due au mailing - même s'il faut relativiser sa performance par l'augmentation du coût de l'affranchissement qui rentrerait pour une part significative dans son résultat - et aux imprimés sans adresse.

Biens de consommation : + 10 % en Marketing Direct


S'agissant des différents types d'annonceurs, auxquels l'étude France Pub, réalisée par la Comareg, s'intéresse traditionnellement, on constate que l'ensemble des dépenses locales, ont augmenté de 0,6 %, à 9,9 Mde, en 2003, uniquement grâce aux annonceurs locaux régionaux (+ 1 %, à 5,92 Mde). Par ailleurs, au niveau des secteurs, c'est celui de l'Industrie B to B qui a investi le plus fort pourcentage de ses dépenses en hors-médias (83,1 % sur un total de 3,9 Mde, en recul de 4,3 %), devant la Distribution (67,4 % sur 4,36 Mde, en hausse de 3,4 %) et les Services (66,2 % sur 12 Mde, stable). Seul le secteur de l'Industrie des Biens de consommation est toujours en dessous de la répartition nationale, avec 54,6 % “seulement” de ses dépenses (9,4 Mde, + 6,3 %) consacrés au hors-médias. Néanmoins, c'est ce dernier secteur qui a enregistré en 2003 la plus forte hausse de ses dépenses consacrées à ces techniques (+ 10 %), devant la Distribution (+ 4 %), tandis que les Services étaient stables et l'Industrie B to B en recul (- 4 %). Au niveau du marketing direct seul, on retrouve une hausse de 10 % pour les Biens de consommation ; la Distribution n'ayant augmenté ses investissements Marketing Direct que de 2 %, tandis que les Services (- 4 %) et le B to B (- 10 %) les diminuaient. Pour 2004, les annonceurs, interrogés en début d'année par France Pub, prévoyaient une hausse totale de leurs dépenses de 2,8 %, mieux équilibrée que les années passées puisque les grands médias devraient progresser de 2,5 % et le hors-médias de 2,9 %.

François Rouffiac

Marketing direct : les ingrédients qui font recette

Marketing direct : les ingrédients qui font recette

Marketing direct : les ingrédients qui font recette Marketing direct : les ingrédients qui font recette

La recette d'une communication commerciale efficace nécessite plusieurs ingrédients de qualité : un fichier qualifié, un ciblage précis et des [...]

Rencontres de l'Udecam: comment composer avec le temps?

Rencontres de l'Udecam: comment composer avec le temps?

Rencontres de l'Udecam: comment composer avec le temps?

Les Rencontres de l'Udecam, qui se tenaient le mardi 6 septembre à la Salle Wagram, se sont penchées sur la variable temporelle et son impact [...]

INfluencia et le Groupe d'Après se séparent

INfluencia et le Groupe d'Après se séparent

INfluencia et le Groupe d'Après se séparent

Le média des tendances de la communication ne sera plus édité par le Groupe d'Après. Isabelle Musnik, fondatrice d'INfluencia, assurera désormais [...]