Recherche

Déjeunissime: le gain vient en mangeant

Publié par le

Programme de fidélisation et club d'avantages au menu de Chèque Déjeuner. Avec le concept les “Déjeunissime”, le spécialiste du titre restaurant veut avoir une longueur d'avance sur ses concurrents.

  • Imprimer


Créé en 1964, lors de l'introduction du titre restaurant en France, le Groupe Chèque Déjeuner base sa spécificité sur sa structure coopérative. Outre son produit phare, le Chèque Déjeuner, le groupe propose plusieurs titres de paiement : le Chèque de Services, le Chèque Cadhoc, le Chèque Domicile et les Chèques Cadeaux Culturels. Dans l'univers du titre restaurant règne une âpre concurrence, où Chèque Déjeuner apparaît en deuxième position, avec 35 % de parts de marché, derrière Ticket Restaurant et suivi de Chèque Restaurant (Sodexho) et Chèque de Table (Banques Populaires). Exonéré de charges sociales et fiscales, le titre restaurant voit son statut régi par la loi. Il faut donc se différencier ! C'est dans ce contexte que Chèque Déjeuner a choisi de lancer le concept les “Déjeunisssime”. Qui comprend deux volets : l'un s'adresse aux clients (entreprises ou organismes acquéreurs des chèques) - il s'agit du programme Déjeunissime -, l'autre concerne les utilisateurs (porteurs d'un Chèque Déjeuner), il s'agit du club dejeunissime.com. Le programme Déjeunissime concerne les clients (50 000 chez Chèque Déjeuner) ; deux ans ont été nécessaires pour monter ce projet, en collaboration avec l'agence Avis de Tempête, en charge du plan marketing et communication. « Plusieurs objectifs lui sont assignés, déclare Karine Pelletier, responsable marketing de Chèque Déjeuner. Fidéliser les grands comptes et entretenir des contacts réguliers avec la clientèle. » Basé sur Internet, il cible le décideur de l'entreprise qui devient alors membre Déjeunissime. Le profil de l'interlocuteur dépend généralement de la taille de l'entreprise. Le principe du programme est basé sur un cumul de points, échangeables en fin d'année contre des chèques cadeaux du groupe d'une valeur de 150 euros (Chèque Lire, Chèque Disque, Cadhoc). L'adhésion est gratuite et tous les participants disposent des mêmes chances de gagner. Chaque nouveau client est d'office membre du programme. Six formules permettent d'acquérir des points : la Formule Bienvenue, la Formule Fidélité, la Formule commande simplifiée, la Formule Période Verte, la Formule Plus et la Formule Bonus. Il est possible de suivre son compte sur Internet ou via le centre d'appels. La mise en place du programme a démarré mi-janvier 2005 et la liste des 1 000 gagnants devrait être annoncée en décembre prochain.

Un club d'avantages

Quant au volet utilisateurs, la problématique et la démarche sont différentes, compte tenu de leur nombre - ils sont un million, et peuvent s'identifier grâce à un numéro figurant sur le chèque - et de leur profil. Dans ce cas de figure, Chèque Déjeuner s'intéresse aux salariés. Plusieurs supports de communication accompagnent le club : un site internet (dejeunissime.com ou cheque-dejeuner.com), un catalogue annuel diffusé à 35 000 exemplaires par la force de vente, des encarts promotionnels dans les chéquiers Chèque Déjeuner. « L'idée est d'offrir à nos utilisateurs le “basique” d'un club d'avantages », commente Karine Pelletier. A savoir des partenariats dans différents domaines. Dans un deuxième temps, des partenariats devraient être noués dans des domaines plus liés à l'économie sociale, tels que le commerce équitable. Depuis l'ouverture du Club en avril dernier, 5 % des utilisateurs de Chèques Déjeuner ont rempli le formulaire d'inscription.

Points clés


184 millions de chèques vendus. 50 000 clients. 1 million d'utilisateurs quotidiens. Réseau de 160 000 points de restauration.

Chèque Déjeuner en prospection


Chèque Déjeuner pratique la prospection de façon intensive. Deux fois par an, l'intégralité de la base de données est touchée par un mailing papier diffusé à 1 million d'exemplaires. Bus-mailing et e-mailing sont également mis à contribution. Cible visée : PME et grands comptes, en cœur de cible : P-dg, Dg, DRH, directions financières, directions des achats.

Sophie Mensior

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

Article écrit par Dareboost

Dareboost

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

L’analyse des résultats des tests de vitesse de ses pages web peut s’avérer ardue, surtout lorsque l’on est pas expert technique. Pourquoi alors [...]

Le quotidien d’un Social Seller

Article écrit par DEVELINK

DEVELINK

Le quotidien d’un Social Seller

Le quotidien d’un Social Seller

Le Social Selling, cette posture qui consiste à considérer les réseaux sociaux comme un levier permettant de générer du business, a déjà révolutionné [...]

Les 10 idées marketing (22-26 mai 2017)

Les 10 idées marketing (22-26 mai 2017)

Les 10 idées marketing (22-26 mai 2017)

...sont au nombre de 7 cette semaine. Au programme des initiatives marketing percutantes repérées ces derniers jours : Perrier organise des [...]

Ces marques qui innovent loin des nouvelles technologies

Ces marques qui innovent loin des nouvelles technologies

Ces marques qui innovent loin des nouvelles technologies

Il n'y a pas que les nouvelles technologies, dans la vie. Ce mois-ci, Tilt ideas a repéré cinq initiatives dans lesquelles la techno n'a (presque) [...]

Les 10 employeurs français les plus attractifs

Les 10 employeurs français les plus attractifs

Les 10 employeurs français les plus attractifs

Alors que l'employee advocacy devient un enjeu majeur pour les entreprises, LinkedIn publie un top des groupes qui suscitent le plus d'intérêt [...]

4 lettres qui inquiètent les entreprises : GDPR ou RGPD

Article écrit par HAAS Avocats

HAAS Avocats

4 lettres qui inquiètent les entreprises : GDPR ou RGPD

4 lettres qui inquiètent les entreprises : GDPR ou RGPD

A un an de l’entrée en vigueur du texte, l’impréparation règne. Ces quatre lettres («GDPR», ou «RGPD» pour la version française), qui ne suscitaient [...]