Recherche

D interactive : vers un retour à la croissance en 2002 ?

Publié par le

En 2001, les différentes activités du groupe ont connu un fort ralentissement. Après une série de mesures destinées à redresser la barre, D interactive espère maintenant retrouver le chemin d'une croissance rentable.

  • Imprimer


En 2001, D interactive a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 74 millions d'euros, soit une progression de 11 % par rapport au chiffre d'affaires 2000 (qui s'établissait à 66,6 millions d'euros). Cette progression s'explique par l'intégration des chiffres d'affaires des sociétés suédoise Satisfactory et britannique Careline, consolidées pendant l'année 2001. Mais, à périmètre comparable, le chiffre d'affaires 2001 est en baisse de 11,9 % par rapport à celui de 2000, « en raison du brutal ralentissement économique », selon les termes de D interactive. Si l'on fait une analyse par métier, l'activité communication a enregistré un fort ralentissement en 2001. Le pôle Business Intelligence est également en baisse, en raison principalement du ralentissement de l'activité courtage de fichiers ; en revanche, les activités data management et data mining poursuivent leur croissance. En ce qui concerne le pôle "Contact Centre", il reste stable grâce à de bonnes performances réalisées à l'étranger. A l'international justement, qui représente aujourd'hui près du tiers du chiffre d'affaires global de D interactive, l'Espagne et l'Angleterre connaissent aussi une baisse de leur activité, qui s'explique par le retournement de conjoncture. En Angleterre, l'activité courtage enregistre, comme en France, une croissance organique négative, celle de Contact Centre reste significative. Quant au résultat net, il sera très fortement déficitaire pour l'exercice 2001, annonce D interactive. Face à cette situation, un certain nombre de mesures ont été engagées au cours du second semestre 2001 : réorganisation commerciale, suppression des activités web, réduction des coûts, déploiement d'un ERP et de la base de données commerciale du groupe. Qu'en sera-t-il en 2002 ? D interactive espère maintenant avoir réuni les conditions pour un retour à une croissance rentable.

Sophie Mensior

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Comment les annonceurs perçoivent-ils le mobile, qui absorbe une part de plus en plus croissante des investissements publicitaires ? Réponse [...]

[Spécial Retail] Le drive se diversifie

[Spécial Retail] Le drive se diversifie

[Spécial Retail] Le drive se diversifie

Né dans la secteur de la grande distribution, le circuit, toujours en croissance, commence à s'essouffler et cherche à investir de nouveaux [...]