En ce moment En ce moment

Comment l'Aftel veut dynamiser Internet en France

Publié par le

L'édition 1998 du rapport de l'Aftel*, "Internet les enjeux pour la France" se penche sur l'utilisation du réseau dans les différents secteurs économiques et avance des propositions.

  • Imprimer


Premier domaine en pleine émergence : le commerce électronique. Après avoir cité quelques exemples américains de réussite du cybercommerce, les rapporteurs rappellent que c'est le B to B qui va faire exploser les transactions. Le commerce interentreprise via le Net (hors EDI) représentait 8 Md$ en 1997 aux Etats-Unis et pourrait atteindre 105 Md$ en 2000 et 327 en 2002, selon Forrester Research. Secteurs les plus dynamiques : les biens d'équipement et les intermédiaires (grossistes et distributeurs). Trois formes de commerce interentreprise devraient se développer : la vente sur catalogue, les appels d'offres en ligne et les ventes aux enchères (bourses de produits). Côté commerce électronique de détail, les prévisions sont assez différentes mais toutes prédisent une explosion d'ici à trois ans. D'après Datamonitor, 7 % des foyers européens achèteront en ligne en 2001, les Français seront troisièmes derrière les Allemands et les Britanniques. En France, Médiangles et A Jour estiment que 20 % du million d'internautes recensé auraient passé une commande (panier moyen : 470 F). De plus, le nombre de sites marchands (internationaux) explose : 200 000 en juin 97. La VPC entame doucement sa migration vers le Web. Le chiffre d'affaires généré par l'Internet est qualifié de "quasiment nul" par le rapport. Néanmoins, en 1997, 68 des 250 adhérents du SEVPCD avaient ouvert un site marchand. Pour l'instant, se vendent surtout des produits culturels (CD, livres, cassettes), des produits de beauté et du terroir. La Redoute et les 3 Suisses annoncent environ 25 à 30 commandes par jour. Mais, si ce chiffre est insignifiant, ces sociétés sont prêtes pour un vrai démarrage. Qui dit échanges commerciaux sur le Net dit sécurisation des paiements. Pour l'Aftel, "seule la carte à microcircuit sera capable d'apporter la sécurité attendue des opérateurs du commerce électronique". Néanmoins, les expérimentations françaises (projets C-SET et e-comm) tardent à produire des résultats utilisables, sans parler de l'existence de deux standards. Par ailleurs, des systèmes de paiement sécurisé (SIPS d'Atos ou Payline de SG2) existent et garantissent un bon niveau de sécurité aux commerçants. Mais, sécuriser les échanges ne suffit pas pour faire véritablement décoller Internet. L'Aftel émet cinq propositions : désigner une personnalité de stature internationale chargée de représenter la France dans les instances internationales ; mettre en place une politique de soutien à l'usage d'Internet par les PME ; appliquer des taux de TVA réduits à l'édition électronique ; mettre en place un fonds de soutien à la création sur Internet ; créer un "plan qualité" de l'Internet français.

Commerce électronique de détail : les prévisions


A en croire les instituts de prévision, le commerce électronique sera la manne du XXIe siècle. Pourtant, devant l'énormité des chiffres avancés, on peut se poser la question de leurs méthodes de calcul. IDC prévoit un chiffre d'affaires de 220 Md$ en 2001, à comparer avec les 2,5 de 1996. Activmédia 314 Md$ dont 207 aux Etats-Unis. Forrester avance des chiffres similaires avec des prévisions à 105 Md$ en 2000, 327 en 2002, contre 8 en 1997.

Le commerce électronique B to B explose


Selon Datamonitor, les sociétés qui utiliseront Internet comme plate-forme d'échange seront près de 550 000 en 2001 et 875 000 en 2002, contre 2 000 en 1997. En 2000, la taille de ce marché devrait être de 50 Md$ pour Datamonitor, 80 selon IDC et 90 pour Morgan Stanley. En 1997, le commerce électronique B to B se répartissait en Europe à 48 % pour la production, 26 % pour la distribution (gros et détail) et 25 % pour les services. Aux Etats-Unis : 45 %, 20 % et 35 %.

PATRICK CAPPELLI

La rédaction vous recommande

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux
Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Par Digimind

Decouvrez les tendances du marche Food Drink sur les medias sociaux des interviews experts et les performances social media de grandes marques [...]

Sur le même sujet

Le mobile, support favori de la consommation d'internet
Média
Le mobile, support favori de la consommation d'internet

Le mobile, support favori de la consommation d'internet

Par Eloïse COHEN

La consommation d'Internet est en croissance exponentielle, principalement via le mobile, les applications et les plateformes sociales. C'est [...]

La DRTV booster d'efficacité selon My Media
Média
La DRTV booster d'efficacité selon My Media

La DRTV booster d'efficacité selon My Media

Par Amélie Riberolle

Après une décennie de mesure de l'efficacité TV avec sa solution Leads Monitor, My Media publie son premier baromètre DRTV, dont les résultats [...]

Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français
Média
Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français

Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français

Par Clément Fages

La 14e édition des Trophées Sporsora récompense les meilleures initiatives de marques en matière de sponsoring sportif. Partenaire de la Fédération [...]

Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne
Média
Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne

Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne

Par Clément Fages

Soucieux de mettre sa gamme Fines Bulles en avant, Perrier lance ce 19 février une campagne TV et digitale basée sur le remake du film "La Lionne", [...]