Catalogue segmenté pour tri sélectif

Publié par le

Le distributeur de produits d'environnement et de sécurité d'entreprise Haléco lance un catalogue spécialisé dans le tri sélectif. Ce, dans une stratégie de diversification de l'offre et de segmentation de sa cible.

  • Imprimer


Tout peut se vendre à distance. On ne s'étonnera donc pas de l'édition d'un catalogue B to B spécialisé dans le tri sélectif. Lancé cet été, Haléco spécial Tri Sélectif référence 2 000 produits (essentiellement des conteneurs) sur 44 pages et se double, quatre fois par an, d'un huit pages sélectionnant des offres et des nouveautés. Haléco Tri Sélectif est envoyé gratuitement à 80 000 sociétés. 50 000 entreprises industrielles constituant le propre fichier commercial qualifié de l'entreprise, et 30 000 autres entreprises sur la base d'un fichier complémentaire de compilation. Ce support, très spécialisé, est une excroissance du catalogue phare d'Haléco, distributeur toulousain de matériels d'environnement et de sécurité du travail (CA prévisionnel 2001 de 22 MF). Proposant des matériels d'absorption et de rétention à quelque 30 000 entreprises industrielles, casernes de pompiers et collectivités locales, le catalogue Haléco, lancé début 1999, s'est d'emblée inscrit dans une approche intégrant plusieurs modes de contacts et de commercialisation : un service clients et un support téléphoniques avec interlocuteurs dédiés, un show room à Toulouse et un site internet, haleco.fr, comptant aujourd'hui 500 références et estampillé "Labelsite" par la Fevad (Fédération des Entreprises de la Vente à Distance). « Le site constitue un excellent vecteur de conseil et d'information technique sur les produits. Et son meilleur levier commercial, c'est le catalogue papier. A terme, nous intégrerons un système de codes-barres sur nos supports papier. En scannant le code identifiant, les clients pourront voir apparaître la fiche qui les intéresse sur l'écran de leur ordinateur », détaille Gérard Colombani, directeur général d'Haléco. A ce dispositif s'ajoute une équipe de cinq commerciaux itinérants, qui affiche un taux de transformation post-devis de 90 %. Les évolutions les plus sensibles dans la facture même du catalogue traduisent un double souci de rentabilité et d'enrichissement de l'offre. Rentabilité : les options graphiques et artistiques des 60 pages de la première édition ont vite été abandonnées au profit d'une facture correspondant davantage aux "canons" de la VPC. Enrichissement : le catalogue, semestriel, s'est régulièrement étoffé, pour atteindre aujourd'hui les 210 pages avec 2 000 références, pour des prix de vente allant de 150 000 à 250 000 francs. « En tant que distributeurs, nous savons stocker et livrer rapidement. Mais, en 1999, nous étions novices dans l'édition de catalogues de VPC. Nous apprenons au fur et à mesure », souligne Gérard Colombani. Aujourd'hui, l'offre relevant directement du coeur de métier du distributeur (les absorbants) ne représente plus que 60 % des références.

Muriel Jaouën

La rédaction vous recommande

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux
Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Par Digimind

Decouvrez les tendances du marche Food Drink sur les medias sociaux des interviews experts et les performances social media de grandes marques [...]

Sur le même sujet

Zoom sur la digitalisation des points de vente
Retail
Zoom sur la digitalisation des points de vente

Zoom sur la digitalisation des points de vente

Par Dalila Bouaziz

La digitalisation des vendeurs s'articule autour de trois grandes thématiques ROIstes : web-to-store, in-store et ship from store. Mais cette [...]

86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique
Retail
86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique

86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique

Par Dalila Bouaziz

Sur la plus belle avenue du monde, l'Occitane et Pierre Hermé inaugurent un concept-store inédit où le visiteur peut déguster plats sucrés ou [...]

Faut-il encore investir dans la fidélisation?
Retail
Faut-il encore investir dans la fidélisation?
cristina_conti - stock.adobe.com

Faut-il encore investir dans la fidélisation?

Par Clément Fages

Totem de la littérature marketing, la fidélité et les stratégies de fidélisation sont devenues de véritables martingales, que Byron Sharp et [...]

5 idées reçues sur la tarification dynamique
Retail
5 idées reçues sur la tarification dynamique
vege - stock.adobe.com

5 idées reçues sur la tarification dynamique

Par Pierre Hébrard, fondateur et CEO de Pricemoov

La tarification dynamique consiste à ajuster ses prix à la hausse ou à la baisse en fonction du contexte d'achat. Cependant, les idées préconçues [...]