Recherche

Cap à l'Est pour Eurodirect Marketing

Publié par le

Avec la création d'une filiale commune avec Bertelsmann, Eurodirect Marketing conforte sa présence en Allemagne.

  • Imprimer


On savait, depuis qu'il avait pris la tête du groupe Eurodirect Marketing il y a deux ans, qu'Alain Gazard cherchait un partenaire dans le domaine du mailing afin de dévulnérabiliser son entreprise par rapport à son métier d'origine. La question semble réglée depuis quelques jours, avec la signature d'un accord avec Bertelsmann Arvato. Accord qui prévoit la création d'une filiale commune, dans laquelle Bertelsmann détient une participation majoritaire de 60 %, destinée à regrouper les activités mailing de l'Est de la France apportées par Eurodirect Marketing, celles-ci représentant 20 % du chiffre d'affaires du groupe. L'apport d'Eurodirect Marketing est constitué de trois filiales : Eurodirect Routage, le site historique du groupe, composé de machines de haut volume, Routage et Diffusion, également sise à Strasbourg, destinée aux petites séries et aux petites opérations, et enfin Europost, à Saint-Dié, une unité spécialisée dans le collage d'objets pour les concours et le façonnage élaboré, travaillant majoritairement sur le marché allemand. La nouvelle entité, qui sera dénommée EDMLS (Eurodirect Marketing Letter Shop) est destinée à oeuvrer sur le marché d'outre-Rhin. Cet accord, qui vient après l'acquisition en début d'année par Eurodirect Marketing du groupe allemand ODD, spécialiste de la logistique de la vente à distance, confirme l'orientation stratégique du groupe strasbourgeois : devenir un acteur majeur sur le marché européen du fulfillment. « Nous cherchons à travailler de plus en plus vers l'Allemagne, précise Alain Gazard. Bertelsmann y traite des volumes très importants qu'il n'arrive pas à satisfaire. De plus, notre proximité géographique rend notre activité logique. » Cet accord, qui ne s'applique pas au marché français, permettra sans doute à Eurodirect Marketing, d'une part de se remettre à flot sur son métier de base, mais également, après les bons résultats de 2001, de présenter un exercice 2002 fortement profitable. C'est en tout cas ce que ses dirigeants prévoient.

Oliver Brusset.