Recherche

Camif : vers une dimension européenne

Publié par le

Le groupe, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 5 milliards de francs en 1998, ambitionne d'atteindre les 10 milliards fin 2001. Par croissance externe et développement à l'international.

  • Imprimer


Le troisième vépéciste français entend bien ne pas en rester là. Placé entre les deux poids lourds que sont La Redoute et 3 Suisses, et talonné par Quelle France, qui connaît une forte progression depuis 1995, le groupe Camif, qui vient de réaliser 5 milliards de francs de chiffre d'affaires en 1998, estime ne pas peser assez lourd sur le marché européen. « Pour assurer notre pérennité, nous devons doubler notre chiffre d'affaires en trois ans. Notre survie sera alors assurée, sinon nous reculerons », déclare Jean Gasol, nouveau président du conseil d'administration du groupe. Pour y parvenir, plusieurs pistes. Dans la foulée du succès de l'ouverture de deux magasins Les Maisonnables (100 MF de CA par magasin), qui doit être suivie par trois ou quatre autres cette année (à terme une vingtaine), le groupe Camif va créer une nouvelle chaîne de magasins de mobilier moyen/ haut de gamme. Le premier d'entre eux devrait être inauguré dès cette année ; une vingtaine d'ouvertures est prévue. Contrairement aux Maisonnables, qui sont implantés en périphérie, les magasins de la nouvelle chaîne seront ouverts dans les centres-villes ou sur des artères principales. Ces nouveaux magasins seront calqués sur le même principe que les Maisonnables : pour pouvoir y acheter, il faut être sociétaire ou bien adhérent. Ce dernier, contrairement au sociétaire, n'a pas de droit de vote. « L'ouverture des Maisonnables, qui a des effets sur les ventes du catalogue, de même que le lancement du catalogue mobilier “Par-ci ! Par-là !” (ndlr. : voir Stratégies, p. 58) nous permettent de rajeunir notre cible », précise Jean Gasol.

Lancement d'une nouvelle enseigne en Allemagne


Parallèlement, une nouvelle enseigne appelée “Magie Bleue” est créée en Allemagne, basée elle aussi sur le mobilier et le concept de l'art de vivre à la française. Le premier magasin doit ouvrir à Düsseldorf, et une extension est prévue dans le reste de l'Allemagne. Par ailleurs, la Camif a décidé de renforcer son positionnement de spécialiste du sport avec 226 pages dans son catalogue général. Mais aussi avec le lancement d'un catalogue spécialisé de 100 pages, diffusé à 300 000 exemplaires : “Terre de sports”. Un accord a été passé avec Intersport et un partenariat textile mis en place avec le vépéciste anglais GUS. La Camif veut aussi faire de son site Internet (plus de 12 MF de CA), qui croît à une vitesse soutenue (1,2 MF par mois), une priorité commerciale. Autre piste : le développement du pôle collectivités/entreprises (728 MF de CA en 1998), sur lequel la Camif mise beaucoup. Quant au pôle produits et vins fins (447 MF de CA), le nouveau président n'estime pas déraisonnable un doublement de son chiffre d'affaires. « Pour atteindre les 10 milliards de francs, il faut inclure des hypothèses de croissance externe, notamment à l'étranger », mentionne Jean Gasol. Plusieurs projets de croissance externe peuvent aboutir en 1999, que ce soit des entreprises de petite taille (30 MF de CA) ou de grande taille (350 MF)... Pour financer ces projets, la Camif devrait alors pouvoir compter sur des “organisations amies” et sur... le sociétariat.

SOPHIE MENSIOR

Le secteur beauté lifte ses points de vente

Le secteur beauté lifte ses points de vente

Le secteur beauté lifte ses points de vente

Une rentrée... de toute beauté. C'est le moins que l'on puisse dire au vu des nouveaux concepts de marques qui s'installent sur ce marché. Il [...]

[Tribune] Que faut-il espérer du data driven marketing ?

[Tribune] Que faut-il espérer du data driven marketing ?

[Tribune] Que faut-il espérer du data driven marketing ?

Didier Farge revient sur les principales tendances liées à la collecte et à l'analyse de la data. Décryptage d'un secteur en croissance, estimé [...]