Avis d'expert. Bases de données : un outil de tous les jours pour fidéliser vos clients par Chantal Sellier, directeur général de Meura et président d'honneur du SNCD.

Publié par le


Dans les années 70, on parlait de “fichiers”, puis le terme “bases de données” s'est répandu. On a ensuite connu les “datawarehouse”, les cubes, et on parle maintenant d'informatique décisionnelle. On les associe (quand on ne les confond pas) aux outils de CRM. En fait la terminologie “base de données” revêt deux réalités: Celle du marketer qui, depuis toujours, demande des données fiables, nombreuses, facilement accessibles par des requêtes simples et lui permettant de comprendre tout ce qu'il veut savoir sur ses clients et leur comportement. Celle de l'informaticien, pour qui le marketer a parfois été l'homme qui voulait la lune et qui devait donc construire des outils fiables, évolutifs et répondant à des demandes non formulées. Pour concilier les deux visions, l'informatique a développé des outils permettant de faciliter l'organisation des données, leur mise à jour, leur intégrité et mis à la disposition du marketing des outils de comptage, d'analyses, de tableau de bord, de sélection. On a structuré l'information en “niveaux logiques”, compréhensibles par tous. • L'identité du client (nom, prénom, adresse). • Les renseignements socio-démographiques : âge, CSP… en B to C, code NAF, taille d'entreprise… en B to B. • Son comportement d'achat : devis, factures, traitements SAV… • Les actions que l'on engage vers lui : mailings, e-mailings, téléphone… L'utilité d'une base de données n'est plus à démontrer et pourtant il faut garder à l'esprit quelques principes simples. Pour être viable, une base de données doit être : • Vivante : alimentée et mise à jour régulièrement, et les clients relancés fréquemment. • Evolutive: construite pour demain. • Accessible : partout et par tous, via des outils sur le Net. • Acceptée par tous : c'est un formidable apport pour la pérennité de l'entreprise et la fidélisation des clients. • Travaillée : un outil est inutile si on n'en fait rien. • Rentabilisée : ne pas céder à l'effet de mode et bien définir les objectifs, les coûts, les retombées attendues.

Muriel Jaouen

Sur le même sujet

L'intelligence artificielle bouscule l'expérience client
Data
L'intelligence artificielle bouscule l'expérience client

L'intelligence artificielle bouscule l'expérience client

Par Floriane Salgues

L'intelligence artificielle a fait son entrée dans la cour de l'expérience client, avec une promesse : optimiser les actions les plus routinières. [...]

RGPD : démêlez le vrai du faux
Data
RGPD : démêlez le vrai du faux
https://www.vectaury.io/fr/blog/mythe-ou-r%C3%A9alit%C3%A9

RGPD : démêlez le vrai du faux

Par Stéphane Guillard

Depuis plusieurs mois maintenant, le Règlement général sur la protection des données alimente toutes les conversations des acteurs de la data. [...]

Les bonnes pratiques de l'A/B testing
Data
Cabestan
Les bonnes pratiques de l'A/B testing

Les bonnes pratiques de l'A/B testing

Par Cabestan via Marketme

L'évaluation des retombées de vos campagnes emails est essentielle pour valider ou optimiser la pertinence de vos messages. L'A/B testing permet [...]

Les 3 piliers du marketing conversationnel
Data
Cabestan
Les 3 piliers du marketing conversationnel

Les 3 piliers du marketing conversationnel

Par Cabestan via Marketme

Le développement de la data et le recentrage sur les stratégies customer-centric pose un nouvel impératif : celui de (re)créer du sens en mettant [...]