Recherche

Altavia rachète le Groupe Victor

Publié par le

Devenir le leader français et européen du “Publishing Services”, c'est le but du rachat, par Altavia, du Groupe Victor. Avec un chiffre d'affaires de 410 millions d'euros, la chose semble acquise.

  • Imprimer


Une bonne affaire, c'est sans doute ce qu'a réalisée le Groupe Altavia, en devenant l'actionnaire majoritaire du Groupe Victor. En ne s'intéressant qu'aux chiffres, absorber un groupe qui a réalisé, en 2002, un chiffre d'affaires consolidé de 47,5 millions d'euros et une marge brute de 22 millions, c'est déjà intéressant. Sachant que le Groupe Altavia a réalisé lui-même un chiffre d'affaires consolidé de 361,2 millions d'euros pour une marge brute de 41 millions d'euros, on ne peut qu'applaudir. Certes, le périmètre des deux entreprises n'est pas semblable, le Groupe Victor est un groupe régional, implanté à Nantes, Lille et Paris et comprend un effectif de 200 collaborateurs. Le Groupe Altavia est présent dans 10 pays d'Europe et comprend 400 collaborateurs. Reste que, au vu des synergies possibles, la stratégie d'Altavia impose le respect.

Gestion déléguée


Le Groupe Altavia a été fondé en 1983, avec comme positionnement, les marketing services. En 1998, il s'est lancé dans le métier de la gestion déléguée de l'édition publicitaire. En 2001, le groupe s'est recentré sur le publishing services, “l'ensemble des prestations de services appliquant la démarche d'externalisation aux métiers de l'édition”. Avec un objectif clair : devenir le leader de ce marché. Cette stratégie passe par quelques restructurations. En 2002, il se sépare de sa filiale Altavia Mindeos, une agence de conseil en marketing stratégique et en communication. L'activité événementielle est cédée à l'agence Lever de Rideau, l'activité publipromotionnelle au groupe Publicis. Quant à son agence de communication interactive, Altavia Novactive, elle est reprise par son management.

Deux groupes complémentaires


Aujourd'hui, le Groupe Altavia est présent en Europe, majoritairement en Europe du Sud, en Espagne, Italie, au Portugal, en Turquie et en Grèce. Ainsi qu'en Pologne et en Tchéquie. D'autres ouvertures sont prévues, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Suisse et dans les pays nordiques. Parmi les clients les plus prestigieux du groupe, on peut citer 3M, Automobiles Peugeot & Citroën, Canal +, le Groupe Carrefour, Vivarte ou encore Biotherm. Restait à conforter sa présence en France, face à son principal concurrent, Gutenberg Online, filiale de DDB. Avec le rachat du Groupe Victor, le challenge est atteint. Cette entreprise est née à Nantes en 1984. Spécialisée dans la communication globale de proximité, elle est présente dans de nombreux secteurs d'activité : l'industrie, le B to B, la distribution, les banques, assurances et institutions, mais aussi la VPC, le textile, les services et le loisir. Le Groupe Victor a, historiquement, une forte présence dans le secteur de la grande distribution, gérant le publishing d'enseignes comme Système U, E. Leclerc, Castorama et Décathlon. Il possède, de plus, une grande expérience en matière de conception et exécution de packagings. Les deux groupes sont donc complémentaires et proposent d'ores et déjà une offre commune. A la tête de la nouvelle entité Altavia France, regroupant les forces des deux groupes, Patrice Bouron, l'ancien président du directoire du Groupe Victor, qui devient également membre du comité exécutif du Groupe Altavia, animé par Raphaël Palti, président, et par son directeur général, Lorenzo Bertagnolio. Fort de ce nouvel attelage, le Groupe Altavia poursuit son développement avec de fortes ambitions : doubler de taille en trois ans.

Olivier Brusset

Altavia se recentre sur son core business

Altavia se recentre sur son core business

Altavia se recentre sur son core business Altavia se recentre sur son core business

Après le développement tous azimuts des années 90, le groupe Altavia se sépare de ses activités de conseil pour se recentrer sur le publishing [...]

[Stratégie média] Minutebuzz : cap sur les millennials

[Stratégie média] Minutebuzz : cap sur les millennials

[Stratégie média] Minutebuzz : cap sur les millennials

L'homme qui murmure à l'oreille de 9 millions de millennials détaille la stratégie de développement du site d'infotainment qui s'est associé [...]

Mim placée en redressement judiciaire

Mim placée en redressement judiciaire

Mim placée en redressement judiciaire

Les difficultés qui touchent le secteur de la mode à petit prix (fermeture de nombreux magasins du groupe Vivarte, notamment) perdurent. L'enseigne [...]

TF1 à l'assaut des millennials avec Minutebuzz

TF1 à l'assaut des millennials avec Minutebuzz

TF1 à l'assaut des millennials avec Minutebuzz

Après avoir abandonné son site web pour passer au tout social et tout vidéo, Minutebuzz accélère son développement avec la prise de participation [...]

Undiz Academy : une campagne culottée pour recruter

Undiz Academy : une campagne culottée pour recruter

Undiz Academy : une campagne culottée pour recruter

Pas besoin de diplôme ou de savoir chanter pour participer à la Undiz Academy, un jeu de recrutement qui s'inspire de l'esprit "The Voice". [...]

20 ans de publicité vus par Fabienne Mallat (Hanes)

20 ans de publicité vus par Fabienne Mallat (Hanes)

20 ans de publicité vus par Fabienne Mallat (Hanes)

A l'occasion des 20 ans de Marketing Magazine, ceux qui font chaque jour la publicité (agences, annonceurs et réseaux sociaux) nous ont livrés [...]