Recherche

Agrilog : la VPC aux champs

Publié par le

7 000 références sur 240 pages : les agriculteurs ont enfin leur catalogue de vente à distance.

  • Imprimer


Cible a priori privilégiée de la vente à distance, le monde agricole ne disposait, jusqu'à aujourd'hui, d'aucun catalogue digne de ce nom. Fossé désormais comblé par les bons soins de MPSA, filiale du groupe Manutan, qui lance Agrilog, premier support de VPC à destination des exploitants agricoles. Gratuit, 240 pages tout en couleurs, 7 000 références, une segmentation par métiers, une périodicité annuelle, et 80 % des articles livrables dans les 24 heures. Tous les articles sont garantis deux ans minimum et bénéficient d'une clause "satisfait, échangé ou remboursé" dans un délai de 30 jours. La conception et le lancement d'Agrilog font écho à une étude de marché menée par MPSA. Cette société, spécialisée dans l'édition de catalogues d'équipement professionnel (Alcatel Diffusion, Equip-Industrie) proposait déjà aux agriculteurs une offre en matière de vente à distance, via le catalogue Prud'homme Agriculture. Après enquête, MPSA décide de refondre et de professionnaliser cette partie de son activité, afin de coller au mieux aux besoins de la cible.

200 000 Exemplaires diffusés


MPSA compte mettre en place à très brève échéance un réseau d'agriculteurs conseil, susceptible de répondre aux demandes les plus pointues des clients Agrilog. Deux vagues de mailings se sont chargées de la promotion du nouveau support en décembre 1997 et janvier 1998. MPSA a pour ce faire eu recours au fichier d'abonnés du magazine France Agricole (200 000 adresses). Mais la communication autour du produit ne s'arrête pas là, puisque, outre une série d'actions sur des cibles tests, une douzaine d'opérations de marketing direct sont prévues à l'année, via notamment de l'asilage chez France Agricole. «S'il est trop tôt pour chiffrer de premiers résultats réellement indicatifs, nous pouvons d'ores et déjà nous montrer confiants : sur la seule moitié de la cible de prospection de Prud'homme Agriculture, nous enregistrons par exemple un taux de progression de 310 %. Avec un panier moyen de commandes avoisinant les 1 300 francs, soit 25 % de plus», constate Rémi Rambaud, P-dg de MPSA. Agrilog n'a pas omis de s'offrir une vitrine sur Internet, via un site présentant un échantillon de son offre, avec connexions immédiates sur les sites des principaux fournisseurs. Et si, pour l'heure, les commandes ne peuvent pas transiter par le Web, la présence sur le réseau mondial s'avérait incontournable pour un support qui ne cache pas ses ambitions européennes.

MURIEL JAOUËN

Les DMP, quels investissements pour quel ROI?

Les DMP, quels investissements pour quel ROI?

Les DMP, quels investissements pour quel ROI?

Le 22 juin, l'IREP, le CESP et l'IAB consacraient leur journée à la mesure du digital. Avec un focus particulier sur le ROI du traitement des [...]

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Article écrit par Channable

Channable

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Le nombre de marketplaces actives en France ne cesse d’augmenter, tout comme le volume de ventes qui y sont réalisées. Aujourd’hui, on estime [...]