En ce moment En ce moment

Agnès B dévoile sa nouvelle boutique en ligne

Publié par le

Plus qu'un site de marque ou marchand, la nouvelle version d'AgnèsB.com est la traduction de l'esprit de la styliste. Le commerce électronique n'y sera que très progressivement insinué.

  • Imprimer


Ambiance sonore, bain de lumière, puis évolution dans le calme et l'énergie d'une atmosphère fluide et sensorielle où l'art sous toutes ses formes transporte le baladeur au gré des collections hétéroclites sans cesse renouvelées… Agnesb.com, c'est un peu ça. Une boutique, certes, mais pas un temple de la consommation. Un commerce, mais pas un catalogue au déroulé séquentiel. De la mode oui, mais avec une conscience sociale. Rien à voir donc avec une boutique e-commerce lambda ; rien, non plus, avec les très efficaces catalogues électroniques des vépécistes. Ici, on ne vient pas faire son shopping, on se laisse entraîner à la rencontre d'un certain goût, d'une certaine vision. Celle identitaire d'Agnès B, dont la styliste a imprégné tout son réseau physique, et “qu'il fallait impérativement réussir à transposer sur Internet”, dixit le brief confié à l'agence Duke. « Il s'agissait d'importer l'atmosphère des boutiques, mais sans suggérer une boutique réelle et trouver le bon compromis entre faire de l'image et faire du commerce », évoque Christine Santarelli, directrice associée de l'agence. A ce titre, si les technologies e-commerce sont bien présentes dans le back office, elles savent se faire oublier car, autre recommandation, “l'idée est de vendre sans en avoir l'air”. De fait, si Agnès B accomplit un pas de plus sur Internet, c'est, en partie, pour répondre à la demande de ses aficionados sur de nombreuses zones, notamment en Europe, où son réseau de magasins est rare. Un moyen aussi de donner de la visibilité à ses créations. Les collections y sont donc dévoilées, mais seules les pièces emblématiques de la marque sont proposées à l'achat. De même, les versions chinoise et japonaise reprennent la même charte graphique élaborée par Duke, mais sans commerce électronique. Le temps, pour Agnès B, d'apprendre avec ses clients à découvrir et construire son univers en ligne.

Nathalie Carmeni

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Les 10 commandements pour répondre aux attentes des consommateurs chinois
Retail
Les 10 commandements pour répondre aux attentes des consommateurs chinois
MasterSergeant - stock.adobe.com

Les 10 commandements pour répondre aux attentes des consommateurs chinois

Par Stéphane Guillard

Il n'est pas trop tard pour profiter de la manne que représente pour les marchands français la Golden Week chinoise, qui se déroule cette année [...]

Chanel s'allie au pure player haut de gamme Farfetch
Retail
Chanel s'allie au pure player haut de gamme Farfetch

Chanel s'allie au pure player haut de gamme Farfetch

Par Dalila Bouaziz

La marque de haute couture Chanel a noué ce lundi 19 février un partenariat avec Farfetch et prend une participation minoritaire.

Sarenza bientôt sous le giron de Casino ?
Retail
Sarenza bientôt sous le giron de Casino ?

Sarenza bientôt sous le giron de Casino ?

Par Dalila Bouaziz

Le Groupe Casino vient d'annoncer ce lundi 19 février que sa marque Monoprix est entrée en négociations exclusives pour acquérir Sarenza, spécialiste [...]