En ce moment En ce moment

Agnès B dévoile sa nouvelle boutique en ligne

Publié par le

Plus qu'un site de marque ou marchand, la nouvelle version d'AgnèsB.com est la traduction de l'esprit de la styliste. Le commerce électronique n'y sera que très progressivement insinué.

  • Imprimer


Ambiance sonore, bain de lumière, puis évolution dans le calme et l'énergie d'une atmosphère fluide et sensorielle où l'art sous toutes ses formes transporte le baladeur au gré des collections hétéroclites sans cesse renouvelées… Agnesb.com, c'est un peu ça. Une boutique, certes, mais pas un temple de la consommation. Un commerce, mais pas un catalogue au déroulé séquentiel. De la mode oui, mais avec une conscience sociale. Rien à voir donc avec une boutique e-commerce lambda ; rien, non plus, avec les très efficaces catalogues électroniques des vépécistes. Ici, on ne vient pas faire son shopping, on se laisse entraîner à la rencontre d'un certain goût, d'une certaine vision. Celle identitaire d'Agnès B, dont la styliste a imprégné tout son réseau physique, et “qu'il fallait impérativement réussir à transposer sur Internet”, dixit le brief confié à l'agence Duke. « Il s'agissait d'importer l'atmosphère des boutiques, mais sans suggérer une boutique réelle et trouver le bon compromis entre faire de l'image et faire du commerce », évoque Christine Santarelli, directrice associée de l'agence. A ce titre, si les technologies e-commerce sont bien présentes dans le back office, elles savent se faire oublier car, autre recommandation, “l'idée est de vendre sans en avoir l'air”. De fait, si Agnès B accomplit un pas de plus sur Internet, c'est, en partie, pour répondre à la demande de ses aficionados sur de nombreuses zones, notamment en Europe, où son réseau de magasins est rare. Un moyen aussi de donner de la visibilité à ses créations. Les collections y sont donc dévoilées, mais seules les pièces emblématiques de la marque sont proposées à l'achat. De même, les versions chinoise et japonaise reprennent la même charte graphique élaborée par Duke, mais sans commerce électronique. Le temps, pour Agnès B, d'apprendre avec ses clients à découvrir et construire son univers en ligne.

Nathalie Carmeni

Autres articles

RGPD et email marketing : ce qui va changer en 2018
RGPD et email marketing : ce qui va changer en 2018 RGPD et email marketing : ce qui va changer en 2018

RGPD et email marketing : ce qui va changer en 2018

Par

Le 25 mai 2018 le monde de lemail marketing va changer Le reglement general sur la protection des donnees RGPD entrera en vigueur Nouvelles [...]

Calculez votre niveau de maturité Social Media
Calculez votre niveau de maturité Social Media

Calculez votre niveau de maturité Social Media

Par

Plutot influenceur ou suiveur de tendances Bonne nouvelle Brandwatch vous propose de calculer votre niveau de maturite social media

5 technologies bientôt incontournables
5 technologies bientôt incontournables

5 technologies bientôt incontournables

Par

Le numerique en finit pas de bouleverser les comportements des consommateurs Pour repondre leurs nouvelles attentes les start up rivalisent [...]

Sur M6, Boxtal fait de ses clients ses ambassadeurs
Sur M6, Boxtal fait de ses clients ses ambassadeurs

Sur M6, Boxtal fait de ses clients ses ambassadeurs

Par

Du 11 au 31 octobre Boxtal deploie sa nouvelle campagne publicitaire en exclusivite sur les chaines du groupe M6 Et pour faire la difference [...]