Recherche

2000 : année de transition pour Cofidis

Publié par le

L'établissement de crédit par téléphone, qui a enregistré de bons résultats en 2000, prépare l'avenir avec de nouveaux outils.

  • Imprimer


«Après de fortes années de développement, 2000 a constitué pour Cofidis une année de pause, avant de repartir pour une nouvelle phase de relance », déclare Michel Guillois, le président de Cofidis, qui occupe également les fonctions de directeur général adjoint du groupe 3 Suisses International et de président de la Banque Covefi. Si les encours, qui s'élèvent à 22 milliards de francs, ont connu une hausse relativement modeste de 4,3 % en un an, la rentabilité des fonds propres a enregistré une croissance forte puisqu'elle s'élève à 27,3 %, ce qui en fait, selon Cofidis, l'une des meilleures de la profession. Quant au nombre de comptes clients, il s'élève en 2000 à 6,1 millions (+ 415 000, soit + 7 % par rapport à la fin 1998) pour 4,4 millions de clients. En termes d'emplois, l'établissement de crédit par téléphone a embauché 73 personnes de plus, ce qui porte son effectif total à 1 152 collaborateurs. Possédant un budget formation qui représente 9,47 % de la masse salariale, Cofidis connaît une forte mobilité puisque 140 collaborateurs ont changé de métier. Par ailleurs, l'entreprise a procédé à la modernisation de son système d'information afin d'avoir une approche clients et non plus produits. Et a lancé la deuxième version de son site internet, qui rend désormais possible la souscription en ligne. A la fin de l'année 2000, Cofidis recevait déjà 3 000 demandes de crédits par mois sur Internet. Le groupe continue son expansion à l'international. Déjà présent en Belgique, Espagne, Italie, Portugal, Argentine, il devrait bientôt s'implanter en Grèce. Le groupe a cependant quitté l'Angleterre « Les produits sont différents de ceux proposés en France. Si nous retournons dans ce pays, ce sera par le biais d'une acquisition. Pour nous implanter en Allemagne, nous choisirons aussi cette formule », indique Michel Guillois. La société, qui traite 50 000 appels téléphoniques par jour, envisage maintenant d'autres développements. Comme par exemple : des nouveaux produits ou des produits plus flexibles tels que des "kit crédits". Cofidis réfléchit également à l'élargissement de ses modes de distribution (bornes interactives...) et à une implantation éventuelle au Brésil.

Sophie Mensior