Recherche

« Nous visons 10 % des réservations en ligne pour 2002 »

Publié par le

L'offre internet d'Avis est en pleine évolution. Après un lancement tardif de son site grand public, avis.fr, le premier loueur de France renforce son offre internet B to B. Objectif 2002 : fédérer 50 à 60 % des assisteurs autour de sa plate-forme Resacar.

  • Imprimer

Quelle est la contribution de votre site grand public pour le particulier ?


Il s'agit avant tout de faciliter la réservation du véhicule. Le site est simple, mais bourré de fonctionnalités très utiles. Sur avis.fr, sans se déplacer, le client visualise en un clin d'oeil l'ensemble de nos offres, les voitures proposées, les promotions du moment, consulte son programme de fidélité et peut obtenir immédiatement la confirmation de sa réservation. Et puis, sur Internet, Avis reste disponible 7j/7 et 24 h/24.

Quels sont les bénéfices majeurs pour Avis ?


Le site grand public est un excellent vecteur de communication. Il s'avère très efficace pour les promotions en ligne et nettement moins coûteux qu'une campagne publicitaire. On s'aperçoit que les taux de retour sont rapides et très élevés.

Les volumes de réservation réalisés en 2001 ont-ils été significatifs ?


Il sont encore embryonnaires, mais notre stratégie en ligne n'a débuté qu'en novembre 2000. En 2001, nous avons atteint 3 % des réservations via Internet tous sites confondus, alors que le site américain à généré 30 % des réservations aux Etats-Unis.

Que sont les micro-sites ?


C'est une de nos approches B to B to C. Il s'agit de sites de réservation simplifiée, encapsulés dans un site partenaire ou sur l'Intranet d'une entreprise. Ils permettent de réserver une voiture sans quitter le site où s'est rendu l'internaute. C'est le cas, par exemple, sur le site de la SNCF qui a généré des flots de réservation spectaculaires via les micro-sites. Mais nous l'utilisons aussi pour faire du push-marketing sur les sites de nos partenaires. Sur les sites de voyagistes, par exemple, lors de la transaction en ligne, on envoie un pop-up à l'internaute pour lui proposer une location de voiture. Ce principe nous a permis de gagner d'un coup 50 % de volume de réservations supplémentaires.

Quels sont vos objectifs pour 2002 ?


Nous visons 10 % des réservations en ligne, tous sites confondus. C'est modeste, mais il ne faut pas oublier que les plus gros volumes sont traités par nos partenaires. En France, 45 % des réservations émanent du réseau des agences de voyages. Et puis, il reste encore une forte proportion de personnes qui préfèrent réserver par téléphone. Internet est en croissance, mais cela se fait doucement.

Parlez-nous du projet Resacar...


Ce n'est plus un projet, mais un service réel qui compte déjà 30 clients. Resacar est une plate-forme de réservation en ligne qui réunit les plus importants loueurs : Avis, Hertz, National Citer et Europcar. Elle permet d'accéder à plusieurs loueurs via une seule connexion et offre des fonctionnalités que l'on ne retrouve nulle part ailleurs, comme l'historique des réservations, l'envoi des bons de location par e-mail. Ce service permet aussi d'avoir, lors de la facturation, une affectation immédiate des ordres de mission dans la comptabilité du client.

A qui s'adresse-t-il ?


Les grandes entreprises se montrent très intéressées car la facturation est un poste de dépenses important. Avec Resacar, elles peuvent réaliser des économies significatives. Mais la plate-forme s'adresse tout aussi bien aux PME, PMI ou aux agences de voyages qui en apprécient l'extrême simplicité.

Toutes ces initiatives en ligne vous permettent-elles d'élargir votre clientèle ?


Resacar nous permettra de toucher les assisteurs, comme Europe Assistance ou la Mondiale. Ces sociétés ont des besoins de location de voiture pour dépanner leurs propres clients. Actuellement, elles règlent la plupart de ces questions par téléphone, mais, avec Resacar, elles pourront désengorger leurs centres d'appels et réduire les erreurs de saisie au comptoir. En France, nous comptons couvrir 50 à 60 % de cette population courant 2002.

Internet vous permet-il de réduire les coûts relatifs aux centres d'appels ?


C'est difficile à évaluer car comment mesurer la part de marché que nous captons uniquement par ce biais et celle qui bascule du centre d'appels à cette plate-forme ? On est à la fois dans une logique de croissance et de glissement. Ce qui est sûr, c'est que, plus on passera par Internet et moins on utilisera les GDS et les centres d'appels, deux systèmes très coûteux.

Avis France en bref


- Créée en 1963, Avis France est 100 % filiale d'Avis Europe. - 538 agences dans 273 villes. - 2 000 employés et 35 000 véhicules. - 70 000 véhicules neufs achetés chaque année. - Avis.fr a été lancée en novembre 2000. - CA 2001 : 355 M (pour 1 928 000 locations, dont 3 % via Internet).

Nathalie Carmeni

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

La société d'études média combine des données user-centric et site-centric pour mieux appréhender l'Audience Internet Mobile qui représentait [...]

Montecarloresort.com, nouveau canal de vente de la SBM

Montecarloresort.com, nouveau canal de vente de la SBM

Montecarloresort.com, nouveau canal de vente de la SBM

Présente sur Internet depuis 1997, la Société des Bains de Mer de Monte-Carlo s'est dotée d'un nouveau site, résolument orienté vers la vente [...]

Com One développe le Minitel du futur

Com One développe le Minitel du futur

Com One développe le Minitel du futur

Selon une étude IDC, le marché des terminaux dédiés à Internet représentera en 2002 plus de 57 millions d'unités, et les PC seront minoritaires. [...]