Recherche

Faut-il banaliser l'adresse internationale ?

Publié par le

Par Gérard Clerquin, directeur Marketing Factory chez Soft Computing et vice-président de la Commission Europe du SNCD.

  • Imprimer


Je me souviens du temps, il y a une quinzaine d'années, où, en France, le marketing direct international était considéré comme une préoccupation ludique et plutôt marginale. Aujourd'hui, des logiciels de correction d'adresse et des services bureaux, souvent traités à l'étranger, offrent des solutions plus ou moins développées. Leurs résultats sont difficiles à évaluer puisque peu de pays homologuent les outils de RNVP et qu'aucun organisme ne peut à ce jour entériner des solutions multinationales. Ainsi, en fonction du nombre de pays, de la pertinence des softwares et de l'expertise des opérateurs, les résultats obtenus seront différents, en mode ASP ou en mode service bureau. Et pourtant, l'air du temps est au mode du traitement industriel. Celui-ci nécessite la mise en place de pré requis et de process particuliers. A fortiori, pour les adresses internationales, peut-on se passer d'un recul “expert” qui va donner la finesse des traitements ? Exemple : l'analyse des rejets est généralement oubliée, alors qu'ils ne sont pas forcément dus à une mauvaise qualité initiale, mais peut-être à la structure du logiciel ou du référentiel postal. Nous sommes loin de l'époque où l'achat de ces référentiels se faisait pays par pays. A ce jour, excepté pour une dizaine de pays, l'UPU (Union Postale Universelle) fournit un référentiel mondial (alphabet romain) très intéressant en termes d'économie d'échelle.

Le traitement additionnel, véritable expertise

Aujourd'hui, la véritable expertise est très certainement dans les traitements additionnels, indispensables, comme les alphabets locaux (Cyrillique, Kanji…), les déménagés, les décédés, le “stop” publicité, l'enrichissement téléphone, le géocodage, l'Identifiant international (B to B), l'enrichissement comportemental… La valeur d'une bonne adresse tient aussi à la faculté de l'éditer nomenclaturée (formatée), pour obtenir des conditions tarifaires intéressantes des opérateurs postaux locaux (ou consolidateurs). Cela pour permettre son acheminement rapide dans le pays de destination, et conserver un look local, autant de valeur pour votre ROI. Un ouvrage serait-il assez complet pour parler de ce vaste sujet en perpétuelle évolution ?

Samir Azzemou

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Article écrit par Digitalent

Digitalent

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017 Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Le salon du E-Marketing PARIS ouvrira ses portes à Porte de Versailles, Paris, du 18 au 20 avril 2017. Comme à son habitude, il traitera des [...]

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Mardi 28 mars, Marketing organisait la 1re édition du Dîner du retail, réunissant plus de 70 directeurs retail à la Maison blanche à Paris. [...]

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

L'institut Harris Interactive a présenté la cinquième édition de son baromètre Social Life consacré aux médias sociaux. Le point sur les tendances [...]

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Article écrit par MEDIARITHMICS

MEDIARITHMICS

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Lundi 10h : réunion hebdomadaire au département marketing. La directrice annonce les grandes lignes d’une campagne d’activation marketing scénarisée [...]