Recherche

Triple bottom line (TBL)

  • Imprimer
Expression anglo-saxonne qui fait allusion à la dernière ligne (bottom line) du bilan d’une entreprise. Mais dans ce cas précis, l’entreprise se reconnaissant une responsabilité sociétale, elle se fixe un triple objectif. Un objectif financier classique l’incitant à faire des profits tout en contribuant au développement économique dans sa zone d’influence, ainsi que deux objectifs parallèles tout aussi importants : un objectif de responsabilité sociale quant aux incidences sociales de son activité sur les différentes parties prenantes, et un objectif de respect et de protection de l’écosystème tant en termes de consommation que de production et de rejets. La mise en place d’une stratégie TBL implique donc la poursuite d’une philosophie respectueuse de l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise et de l’environnement au sens large, dans l’optique d’un développement durable. Elle suppose également le choix et le déploiement d’indicateurs permettant de contrôler simultanément ses performances dans ces trois axes. L’expression « triple bottom line » est parfois traduite en français par « triple bilan » : 1. économique et financier, 2. social et sociétal, 3. environnemental et écologique. Valérie Swaen et Ruben Chumpitaz expliquent que : « La plupart des définitions de la RSE reposent sur deux idées communes : (1) le fait que les entreprises ont des responsabilités qui vont au-delà de la recherche du profit (responsabilités économiques) et du respect de la loi (responsabilités légales) et (2) que ces responsabilités ne concernent pas uniquement les actionnaires mais l’ensemble des parties prenantes aux activités de l’entreprise – les stakeholders. En effet, selon la théorie des parties prenantes, l’entreprise, en tant que centre de décision économique et de vie sociale, endosse une responsabilité “envers tous ceux qui de près ou de loin, directement ou indirectement, contribuent à sa vie ou dépendent de son existence, de son développement et de sa survie" (par ex., les fournisseurs, les clients, les employés, les investisseurs, la communauté locale). »
Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Laisser les enfants gérer leur budget : c'est le souhait de VeeCee. Le service n'est pas le seul à s'intéresser au marché d'une jeunesse de [...]

Comment devenir une entreprise data-driven?

Comment devenir une entreprise data-driven?

Comment devenir une entreprise data-driven?

Mardi 6 décembre, emarketing.fr et IBM ont organisé, à Paris, une matinée consacrée aux tendances du marketing digital. Parmi elles, la dark [...]

Chanel ouvre un double pop-up store dans le Marais

Chanel ouvre un double pop-up store dans le Marais

Chanel ouvre un double pop-up store dans le Marais

La maison de couture française vient d'ouvrir une double boutique éphémère située dans le quartier parisien du Marais, qui accueillera le public [...]