Recherche
Se connecter

Pseudo-achat (ou achat anonyme ou achat mystère)

  • Imprimer
Résultat de la technique de contrôle qui consiste à envoyer des enquêteurs dans les points de vente, à l’instar de clients ordinaires. Cette démarche permet de tester la compétence et la motivation de la force de vente et la qualité du service. Elle doit être distinguée de l’étude de marché. Compte tenu des problèmes qui peuvent surgir lors de son utilisation, il convient de respecter le Code international de déontologie (CCI/ESOMAR) ainsi que les indications des directives ESOMAR relatives aux « pseudo-achats » de juin 1990. Les renseignements qu’une entreprise ou une marque peut tirer des enquêtes mystères sont précieux en matière de formation et même de rémunération. À ce propos, Ronan Divard explique que : « Les enquêtes mystère permettent notamment de revoir l’organisation des tâches, de détecter les besoins en formation et d’édifier des programmes en la matière. La question est plus délicate lorsque les résultats servent à renforcer les comportements positifs en récompensant les équipes performantes au regard des standards de qualité. Dans la plupart des cas, les récompenses sont attribuées collectivement à des équipes ou à des points de vente, et ce, même lorsque des individus peuvent être identifiés. Elles peuvent être honorifiques ou tangibles, un panachage des deux types de récompenses étant concevable. S’il est logique que les décisions relatives à la formation ou à l’organisation du travail découlent des résultats des enquêtes mystère, car ces enquêtes permettent de cerner avec précision les déficiences dans le respect des procédures de délivrance d’un service, par contre, asseoir des récompenses sur les résultats des enquêtes mystère est plus discutable, compte tenu notamment du petit nombre de visites habituellement faites. En tout état de cause, si l’entreprise organise à la fois des enquêtes mystère et des enquêtes de satisfaction, c’est aux résultats de ces dernières que doivent être conditionnées les récompenses. D’une part, parce qu’elles présentent moins d’incertitude en matière de fiabilité et de validité. D’autre part, parce que le but est bel et bien la satisfaction du client, le respect des procédures de qualité du service n’étant qu’un moyen d’y parvenir. »

Définitions sur le même sujet

Pseudo-achat

Pseudo-achat

Omnicanal

Omnicanal

Lovemark

Lovemark

La rédaction vous recommande

Faut-il encore investir dans la fidélisation?
Faut-il encore investir dans la fidélisation?

Faut-il encore investir dans la fidélisation?

Par Clément Fages

Totem de la litterature marketing la fidelite et les strategies de fidelisation sont devenues de veritables martingales que Byron Sharp et Loic [...]

52,7% des millennials ne savent pas ce qu'est un chatbot
52,7% des millennials ne savent pas ce qu'est un chatbot

52,7% des millennials ne savent pas ce qu'est un chatbot

Par Stéphane Guillard

Conversationnel agence conseil en communication digitale interroge les millennials sur leur connaissance leurs attentes et leur utilisation [...]