En ce moment En ce moment

Places centrales (théorie des)

  • Imprimer
Elle repose sur un modèle développé par Walter Christaller en 1933, d’après une étude réalisée sur la complémentarité de la ville et de son aire d’influence. Le géographe allemand y explique notamment qu’il se forme une hiérarchie des biens et services offerts par les villes qui débouche sur une hiérarchie hexagonale (forme idéale des zones de chalandise) des différents centres urbains. La hiérarchie prend forme en fonction du niveau de biens et de services offerts. Une place centrale de niveau 1 (celle qui offre la plus grande quantité de biens et services) diffusera son offre auprès de villes satellitaires (places centrales de niveau 2, moins importantes que celles de niveau 1) qui elles-mêmes offriront leurs biens et services à des villes de plus petites tailles… D’où l’instauration d’une hiérarchie. Le modèle sera repris en 1940 par August Lösch. Bien qu’imparfait car reposant notamment sur un espace géographique idéal, une répartition uniforme des consommateurs potentiels et ne tenant pas compte par ailleurs de l’évolution historico-politico-économique, le modèle géométrique de la théorie des places centrales demeure aujourd’hui encore une référence tant pour les géographes que pour les chercheurs en marketing intéressés par la variable distribution. « Cette théorie repose sur deux concepts fondamentaux : l’aire de marché d’un bien, représentée par la distance maximale que le consommateur désire parcourir pour obtenir ce bien, et son seuil de demande, autrement dit le niveau minimal de demande nécessaire à la rentabilité du magasin », explique Gérard Cliquet.

Autres articles

L'EBG organise les "Digital Performances 2018" les 7 et 8 février
Cross canal
L'EBG organise les "Digital Performances 2018" les 7 et 8 février L'EBG organise les "Digital Performances 2018" les 7 et 8 février

L'EBG organise les "Digital Performances 2018" les 7 et 8 février

Par Clément Fages

Les Journées des Grandes Marques organisées par l'EBG les 7 et 8 février prochains évoluent et s'appellent désormais "Digital Performances 2018". [...]

[#NRF2018] Le retail du futur en 3 innovations digitales
Retail
[#NRF2018] Le retail du futur en 3 innovations digitales

[#NRF2018] Le retail du futur en 3 innovations digitales

Par Stéphane Guillard

Troisième et dernière journée du Retail's Big Show. Hologramme, robot et usages multiples de la carte bleue, interactions client/vendeur via [...]

[NRF2018] 3 innovations pour digitaliser le parcours client
Retail
[NRF2018] 3 innovations pour digitaliser le parcours client

[NRF2018] 3 innovations pour digitaliser le parcours client

Par Nathalie Innocenti

C'est au Retail's Big Show que sont dévoilées les innovations bientôt déployées en boutique. Nathalie Innocenti, fondatrice de Mission Capital [...]

Les 3 tendances visuelles de 2018
Veille
Les 3 tendances visuelles de 2018

Les 3 tendances visuelles de 2018

Par Eloïse COHEN

En s'appuyant sur le milliard de recherches effectuées par ses utilisateurs et les 400M de visuels téléchargés par an, Getty Images a identifié, [...]

JCDecaux mesure l'efficacité drive to store de son réseau
Cross canal
JCDecaux mesure l'efficacité drive to store de son réseau

JCDecaux mesure l'efficacité drive to store de son réseau

Par Clément Fages

JCDecaux livre les résultats de son baromètre "Drive to Store", réalisé avec BVA. On apprend notamment que 40% des sondés mémorisent une campagne [...]

[#NRF2018]: La data de retour aux avant-postes
Retail
[#NRF2018]: La data de retour aux avant-postes

[#NRF2018]: La data de retour aux avant-postes

Par Manuel Davy (Vekia)

À chaque édition de la NRF, son thème dominant. L'omnicanal en 2016, l'expérience client en 2017. Et cette année? La data, observe Manuel Davy, [...]