Recherche

Modèle de la motivation à se protéger

  • Imprimer
Modèle développé par Ronald Rogers et proposé dans sa première version en 1975 (une version révisée a été proposée en 1983 pour une utilisation plus générale en communication persuasive). En s’inspirant des travaux de Richard Lazarus (1966) et Howard Leventhal (1970), Ronald Rogers décrit un modèle d’appréciation du danger afin de mieux comprendre les modalités de ressentiment de la peur. Karine Gallopel- Morvan explique que : « Pour résumer le modèle PMM, on peut donc dire qu’un message qui fait peur est efficace si la menace est suffisamment forte, susceptible de se produire et si, de surcroît, la solution proposée pour y échapper est jugée efficace et réalisable. Si ces quatre conditions ne sont pas réunies, le message risque d’être inefficace et de générer des réponses inadaptées. » Voir illustration Industrial Strange.
Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

L'institut Harris Interactive a présenté la cinquième édition de son baromètre Social Life consacré aux médias sociaux. Le point sur les tendances [...]

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Article écrit par MEDIARITHMICS

MEDIARITHMICS

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Lundi 10h : réunion hebdomadaire au département marketing. La directrice annonce les grandes lignes d’une campagne d’activation marketing scénarisée [...]

7 conseils pour optimiser des mailings B to B

7 conseils pour optimiser des mailings B to B

7 conseils pour optimiser des mailings B to B

L'e-mail reste un élément de communication privilégié en B to B, puisque 41% des professionnels ont acheté un produit après avoir reçu un e-mail [...]

Le nombre d'e-mails commerciaux décroît en 2016

Le nombre d'e-mails commerciaux décroît en 2016

Le nombre d'e-mails commerciaux décroît en 2016

Les marques plébiscitent toujours le mail pour communiquer avec leurs clients, mais privilégient des envois moins nombreux et davantage ciblés. [...]